image Maladies des os, des articulations et des muscles

Fracture du pied (et ses séquelles)

Je découvre les médecins experts
Je demande un deuxième avis

Mise à jour le 31 juillet 2017

  • Définition fracture du pied (et ses séquelles)

    Le pied est composé de vingt-huit os et de trente articulations, répartis selon une architecture complexe, entre l’arrière-pied et l’avant-pied.

    L’arrière-pied comprend le calcanéum, l’os du talon, et l’astragale ou talus, qui forme l'articulation de la cheville avec le tibia et le péroné ou fibula.

    L'avant-pied regroupe les cinq os du tarse (scaphoïde, cuboïde et trois cunéiformes), en avant de la cheville, les cinq os du métatarse entre le tarse et les orteils, ainsi que les quatorze os des cinqs orteils.
    On distingue parfois le médio-pied, correspondant aux cinq os du tarse, de l'avant pied correspondant aux métatarsiens et aux orteils.

    Deux os supplémentaires, dits sésamoïdes, se trouvent sous la première phalange de l'hallux ou gros orteil.

    Une fracture du pied peut affecter n’importe lequel de ces os, avec des conséquences diverses selon l’os touché et la gravité du traumatisme.

    Si les fractures les plus fréquentes concernent les orteils, les fractures les plus handicapantes sont celles qui affectent l’arrière-pied.
    Elles sont généralement la conséquence d’un choc violent. Les sportifs sont les plus touchés par ce type de blessure. Certains sports sont particulièrement à risque: parachutisme, football, rugby, basket, hand-ball, sports de combat…

    Les fractures du métatarse quant-à-elles font souvent suite à la chute d’un objet lourd sur le pied, mais elles peuvent aussi survenir à la suite d’un mauvais atterrissage. Le métatarse est également localisation fréquente des fractures dites "de fatigue", survenant lorsqu’un un stress répétitif ou une sur-utilisation du pied, notamment chez le sportif, aboutit à une fracture.

    Les fractures du tarse sont beaucoup plus rares.

  • Intérêt d'un deuxième avis

    Pourquoi demander un deuxième avis ?

    Dans le cas d’une fracture du pied, le traitement doit être bien choisi et bien mené car une fracture mal consolidée peut engendrer des complications. C’est notamment le cas avec le calcanéum, l’os du talon, dont la fracture peut conduire à une instabilité, voire à de l’arthrose de l’arrière-pied. Une douloureuse pathologie qui implique parfois de pratiquer une arthrodèse (et donc de détruire toute l’articulation). Pour éviter ce type de complication et hors situations d’urgence, dans le cas de situations complexes, un deuxième avis peut s’avérer tout à fait pertinent. Il permet au patient de bien comprendre les enjeux et les risques de chaque traitement, au regard de sa situation personnelle et de ses attentes.

    Deuxiemeavis.fr c'est quoi ?

    L'avis d'un médecin expert, en moins de 7 jours, pris en charge par votre complémentaire santé !

    deuxiemeavis.fr vous propose une solution rapide et sécurisée :

    Je découvre les médecins experts
    Je demande un deuxième avis
    image de cadenasdeuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL. N° d'autorisation : 1786189
    100% de patients satisfaits

    Combien ça coûte?

    Pour les assurés sociaux français, le service est pris en charge par certaines complémentaires santé. Contactez-nous pour savoir si vous êtes couverts.

    Est-ce sécurisé?

    deuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL.
    N° d'autorisation : 1786189

    Quelles sont les questions les plus fréquemment posées?

    • Quel type de fracture présente mon pied ?
    • Quel est son degré de gravité ?
    • Quels sont les options thérapeutiques qui s’offrent à moi ?
    • Dois-je me faire opérer ?
    • Quels résultats puis-je attendre d’une opération ?
    • Quels en sont les risques ?
    • Comment va se passer l’intervention ?
    • Combien de temps vais-je rester immobilisé ?
    • Au bout de combien de temps vais-je pouvoir prendre appui sur mon pied ?
    • Vais-je perdre en mobilité ?
    • Est-ce que je risque de faire de l’arthrose dans le futur ?

    Mais aussi toutes les autres questions spécifiques que vous vous posez

    Quels spécialistes consulter?

    Le chirurgien orthopédiste est le spécialiste des maladies, des traumatismes et des déformations de l’appareil locomoteur (os, muscles, tendons, articulations, ligaments). Assurez-vous qu’il soit spécialiste du pied.

    Si une intervention chirurgicale s'avère indispensable, l'avis d'un médecin anesthésiste, veillant au bon déroulement de l'anesthésie durant l'opération, sera nécessaire.

     

    image de docteur
    2
    médecins experts
    pour fracture du pied (et ses séquelles)
    Je découvre les médecins experts
  • symptômes fracture du pied (et ses séquelles)

    Le premier signe de la fracture du pied est la douleur. Celle-ci varie selon le type de fracture et sa localisation.
    Le patient va boiter pour éviter que son pied supporte le poids de son corps, c'est une façon de protéger le pied. Lorsque la douleur est trop intense le patient ne peut plus marcher du tout.
    Il se peut également que le patient ressente des engourdissements dans le pied ou les orteils.

    Le patient ou le médecin qui l'examine peut observer un oedème (gonflement) ainsi que des ecchymoses ("bleus") en regard de de la zone fracturée. Lorsque la fracture entraîne un déplacement osseux une déformation apparait au niveau de la fracture.

    En l'absence de traitement adapté des complications peuvent survenir à moyen et long terme.
    Les muscles et les tendons peuvent être endommagés, notamment lorsque la fracture est déplacée.
    Lors de la période de consolidation consécutive à la fracture les os se solidifient parfois dans une position non anatomique, on parle alors de cal vicieux.

    L'ensemble ce ces complications peuvent conduire à une raideur du pied et à une gêne à la marche.

  • Diagnostic fracture du pied (et ses séquelles)

    Les fractures du pied sont évoquées à l'examen clinique par le médecin ou le chirurgien.

    Les fractures du pied sont diagnostiquées à l'aide de radiographies du pied. Elles apportent des précisions sur l’emplacement et le type de fracture.

    D'autres examens d'imagerie peuvent s'avérer utile, notamment en cas de fracture complexe ou traversant les articulations. Dans ce but peuvent être réalisées une imagerie par résonnace magnétique (IRM), une échographie, une tomodensitométrie (TDM ou Scanner), ou encore une scintigraphie osseuse.

  • Traitement fracture du pied (et ses séquelles)

    Le choix du traitement dépend:

    • Du type de fracture observée
    • De sa gravité
    • De son emplacement
    • Du mode de vie du patient
    • De son âge
    • De ses antécédents médicaux et familiaux
    • De ses attentes

     

    Le traitement orthopédique

    C’est le traitement privilégié lorsqu’il n’y a pas de déplacement des os.

    Le plus souvent il ne nécessite pas d'anesthésie.

    Le traitement repose sur une immobilisation du pied qui peut se faire sans aide particulière à condition que le pied reste immobile. De même la pose d’un plâtre n’est pas systématique. Néanmoins, pour des raisons de confort, l’utilisation d’une chaussure de protection ou de béquilles est souvent recommandée.

    Le plâtre est plus volontiers utilisé pour les fractures du tarse et du métatarse. Le patient sera alors plâtré de la cheville jusqu’au genou.

    L’objectif du traitement orthopédique est de maintenir le pied immobilisé le temps de la consolidation, soit pendant au moins six semaines.
    Les activités qui sollicitent le pied doivent bien évidemment être évitées.

    Le traitement chirurgical.

    Il s'agit du traitement de référence lorsque la fracture du pied est déplacée ou lorsque le traitement orthopédique est insuffisant.

    L'intervention se déroulera sous anesthésie générale ou loco-régionale.

    Après avoir réduit la fracture, c'est à dire après avoir remis les os en place, dans leur position anatomique, le chirurgien orthopédiste à généralement recours à l'ostéosynthèse. Grâce à l’utilisation de vis ou de broches le praticien fixe les os dans la position adéquate afin d'assurer leur solidité durant la phase de consolidation.

    L’opération est souvent suivie d’une période d’immobilisation, avec ou sans plâtre, de plus d’un mois.

     

     

Télécharger la fiche

Les autres maladies du pied