Rechercher une maladie :
Vous ne trouvez pas votre maladie :
Contactez-nous

Sténose de la carotide

Tout Définition Diagnostic Traitement Deuxième avis

Définition sténose de la carotide

L’artère carotide primitive se divise en deux à la partie moyenne du cou : l’artère carotide interne qui va irriguer le cerveau, et l’artère carotide externe qui va irriguer le cou et le visage, et ainsi apporter l’oxygène nécessaire à leur bon fonctionnement.

La sténose carotidienne concerne le plus souvent la carotide interne (beaucoup plus rarement la carotide primitive), celle qui irrigue le cerveau. La partie initiale de l’artère carotide interne présente un petit renflement que l’on appelle le bulbe carotidien.

Mesurant en moyenne 4 mm de diamètre, cette artère peut s’obstruer par des dépôts de graisse (dépôt athéromateux) ce qui entraîne une réduction du calibre de l’artère, c’est-à-dire une sténose. Il y a alors un risque que le cerveau ne reçoive plus suffisamment de sang et que cela déclenche un accident vasculaire cérébral (AVC) (qu’il soit définitif ou réversible, permanent ou transitoire) soit par diminution du flux ou plus souvent à cause de débris athéromateux qui se détachent de la sténose (embolie).

La sténose carotidienne est le résultat d’une maladie plus générale appelée athérosclérose, visant la formation d’amas de cholestérol et de calcium (plaques d’athérome) à des endroits propices dans les vaisseaux. Le bulbe carotidien à l’origine de la carotide interne est un endroit particulièrement propice au développement de la plaque d’athérome.

Symptômes sténose de la carotide

La sténose carotidienne est une maladie évoluant à bas bruit, elle est asymptomatique jusqu’à un stade avancé.

Les symptômes sont dus à l’atteinte du cerveau (et des yeux) par diminution de l’apport en oxygène : on parle alors d’accident vasculaire cérébral ischémique (AVC). Ces AVC se manifestent par différents signes : paralysie ou trouble moteur, trouble de la sensation, trouble de la parole, trouble de la vision notamment.

Diagnostic sténose de la carotide

Le diagnostic de sténose carotidienne repose tout d’abord sur un interrogatoire du médecin qui recherche notamment les symptômes et les facteurs de risque de la maladie.

Les principaux facteurs de risque de survenue d’une sténose carotidienne sont le tabagisme, le diabète, l’insuffisance rénale chronique, l’âge et l’hypercholestérolémie.

Le diagnostic de sténose carotidienne est en général réalisé par un examen échographie-Doppler. C’est un examen simple, non douloureux, non invasif qui peut être fait plusieurs fois. Il permet de caractériser et de quantifier la sténose carotide. Si la sténose est supérieure à 60%, il est utile de réaliser un angioscanner ou un angio-IRM pour préciser les caractéristiques de la sténose et étudier l’ensemble des vaisseaux qui irriguent le cerveau.

Spécialistes sténose de la carotide

Le médecin référent pour la sténose carotidienne est un médecin ou chirurgien vasculaire. Celui-ci est un spécialiste des problèmes des vaisseaux (artères, vesines, vaisseaux lymphatiques) et du cœur.

Il est préférable de consulter un médecin vasculaire spécialiste de la sténose carotidienne.

Traitement sténose de la carotide

Le choix du traitement dépend :

  • De la localisation de la sténose carotidienne
  • Du degré de la sténose et la morphologie de la plaque d’athérome
  • De l’existence ou non de symptômes ou d’antécédent d’accident vasculaire cérébral
  • De l'état de santé général du patient, son âge et ses antécédents médico-chirurgicaux

Le traitement de la sténose carotide comporte toujours la réduction des facteurs de risque cardio-vasculaires (par exemple l’arrêt du tabac). 

Le traitement médicamenteux consiste à diminuer l’activité des plaquettes (antiagrégant plaquettaire) et à diminuer l’inflammation (statines) au niveau de la plaque d’athérome pour limiter le risque d’embolie, mais aussi à diminuer les facteurs de risque (par exemple le traitement d’une hypertension artérielle ou d’une hypercholestérolémie).

Le traitement peut également être chirurgical (revascularisation carotide), il n’est en général indiqué que pour des sténoses importantes, c’est à dire des sténoses serrées, le plus souvent supérieures à 60%. Deux types de revascularisation carotide sont envisageables : 
- l’endartériectomie qui consiste à ouvrir l’artère carotide (en général sous anesthésie locale) et retirer la plaque d’athérome, 
- l’angioplastie qui consiste à mettre en place un stent, c'est-à-dire une sorte de ressort, au niveau de la sténose.

Intérêt d'un deuxième avis

Le deuxième avis est particulièrement pertinent dans le cadre d’une sténose carotidienne car les interventions chirurgicales parfois nécessaires sont délicates et les indications doivent être discutées au cas par cas (rapport bénéfice/risque).

Dans ce contexte, un deuxième avis permet de prendre part aux choix thérapeutiques de manière plus éclairée. Les traitements médicamenteux et chirurgicaux doivent être combinés et il est important de définir le bon moment pour leur mise en œuvre.

Quelles questions poser ?

  • L’opération est-elle nécessaire ? Comment se déroule-t-elle ? Quels en sont les risques ? Combien de temps dure l’hospitalisation ? Quelles vont être les conséquences de l’opération sur ma vie de tous les jours ?
  • Les examens que j’ai passés sont-ils suffisants pour prendre la bonne décision de choix du traitement ?
  • Si l’opération n’est pas nécessaire, quelle surveillance dois-je effectuer ?
  • Existe-t-il plusieurs techniques opératoires possibles ?, Existe-t-il plusieurs techniques anesthésiques ?
  • Existe-t-il un traitement médicamenteux efficace qui permet d’éviter la chirurgie ?
  • Peut-on opérer les deux carotides à la fois ?
  • Doit on opérer une carotide lorsqu’elle est complètement bouchée ?
  • Existe-t-il une surveillance particulière après l’intervention chirurgicale ?
Mais aussi toutes les autres questions spécifiques que vous vous posez

Qui consulter ?

En cas de geste chirurgical à réaliser, c’est un chirurgien vasculaire qu’il faut solliciter.

Les examens à transmettre

Pour soumettre une demande de deuxième avis, vous devrez transmettre le document obligatoire suivant :
  • Un angio-scanner des troncs supra-aortiques ou Angio-IRM des troncs supra-aortiques (imagerie et compte-rendu),

 

D'autres documents, bien que facultatifs dans nos questionnaires, peuvent également présenter un intérêt pour le médecin expert qui rendra son avis :
  • Un scanner cérébral (imagerie et compte-rendu),
  • Un IRM cérébral (imagerie et compte-rendu),
  • Une échographie cardiaque (imagerie et compte-rendu)
  • Vos comptes rendus de consultation 
  • Vos comptes rendus d’hospitalisation
  • Echographie doppler des carotides (ou des troncs supra aortiques ou des vaisseaux du cou)




Mise à jour le 25 octobre 2016
Revue par Professeur Yves Castier
Sténose de la carotide
Recevez votre deuxième avis en 7 jours seulement
Vous êtes atteints d'une maladie grave, rare ou invalidante, deuxiemeavis.fr vous permet d'accéder à un médecin spécialiste qui est expert de votre maladie et de lui poser toutes vos questions
Recherchez votre maladie
Nous couvrons une liste croissante de maladies graves, rares ou invalidantes. Recherchez la vôtre ou contactez nous si vous ne la trouvez pas.
 
Complétez votre dossier médical
Collectez votre dossier médical auprès de votre médecin. Complétez ensuite votre questionnaire médical en ligne et transmettez vos documents et examens.
 
Choisissez votre médecin expert
Nous avons sélectionné des médecins experts de votre maladie. Choisissez parmi eux ou laissez le site vous affecter un expert disponible pour gagner du temps.
 
Recevez votre deuxième avis en 7 jours
Le médecin expert de votre maladie analyse votre dossier et vous répond sous 7 jours. Vous pouvez échanger un message avec lui concernant son avis.
Bénéficier d'une expertise médicale, par une démarche simple, rapide et sécurisée
Ils témoignent...
Parce que la parole des patients qui vivent les mêmes situations que vous vaut plus que la nôtre, découvrez ce qu'ils pensent de notre service
Rétrécissement aortique
J’ai découvert le site deuxiemeavis.fr grâce à une amie, fille et sœur de médecins, qui m’en a parlé alors que j’étais préoccupée par le choix d’une prothèse qu’on devait poser dans mon cœur. Âgée de 53 ans, je souffre d’un rétrécissement de la valve aortique, probablement consécutif à une chimiothérapie subie à 19 ans. Ce rétrécissement était jugé suffisamment sévère pour qu’un remplacement de la valve soit préconisé, et une chirurgie à cœur ouvert programmée. Sans douter du bien-fondé de l’opération, j’hésitais entre les deux types de valve qui m’étaient proposés.