image Maladies des os, des articulations et des muscles

Syndrome rotulien

Je découvre les médecins experts

Mise à jour le 27 mai 2020 - Revue par Professeur Alexandre Poignard

  • Définition syndrome rotulien

    Le syndrome rotulien ou syndrome fémoro-patellaire est une pathologie du genou en rapport avec l’articulation entre la rotule (petit os en avant du genou) et du fémur (l’os de la cuisse) qui peut avoir des causes multiples.

    Les syndromes rotuliens ne répondent pas à des données épidémiologiques définies telles que le sexe, l’âge, le sport pratiqué, les antécédents traumatiques… L’incidence moyenne est de 7 % chez le jeune actif et de 2 à 30 % en consultation de médecine du sport. Elle est une cause fréquente de consultation. 

    Les syndromes rotuliens sont classés en deux catégories
    • Le syndrome douloureux qui peut être engendré par un choc direct, une torsion ou  une pratique professionnelle ou sportive excessive. Les facteurs favorisants sont une utilisation inhabituelle ou excessive de la rotule, une poussée de croissance, une surcharge pondérale ou par un déséquilibre musculaire. 
    • L’instabilité rotulienne objective qui correspond à des luxations ou subluxations récidivantes. Cette instabilité peut être favorisée par des anomalies morphologiques de la rotule ou de la trochlée fémorale (sillon du fémur dans lequel s’engage la rotule lors des mouvements de flexion extension du genou).
  • Intérêt d'un deuxième avis ?

    Pourquoi demander un deuxième avis ?

    Les causes du syndrome rotulien ne sont pas simples à identifier. Le diagnostic nécessite une analyse approfondie du bilan locomoteur et peut parfois poser question. C’est pourquoi, il peut être utile d’en référer à une deuxième équipe médicale qui pourra apporter un autre regard sur le diagnostic.

    Par ailleurs, si la rééducation n’apporte pas le bénéfice escompté, il sera utile de réévaluer la situation et de faire appel à deuxiemeavis.fr, a fortiori lorsqu’il s’agit de discuter de l’intérêt d’une chirurgie.

    Quelles sont les questions les plus fréquemment posées ?

    • A-t-on bien identifié les raisons pour lesquelles je suis atteint d’un syndrome rotulien ? Cette information m’aidera à identifier les gestes à éviter.
    • Puis-je continuer à faire du sport malgré mon syndrome rotulien ?
    • Mon médecin me propose une chirurgie du genou ? Est-ce vraiment nécessaire ? Puis-je l’éviter ?
    • Quels gestes faire et quels traitements suivre pour espérer récupérer la mobilité de mon genou ?

    Mais aussi toutes les autres questions spécifiques que vous vous posez…
  • Deuxiemeavis.fr c'est quoi ?

    Deux avis valent mieux qu'un

    Que vous soyez patient ou médecin, deuxiemeavis.fr vous permet d'obtenir l'avis d'un médecin expert en moins de 7 jours alors que les délais de consultation peuvent excéder parfois 6 mois.

    Un deuxième avis médical auprès d'un médecin référent dans votre problème de santé peut vous permettre d'approfondir les avantages et inconvénients de votre traitement et parfois d'identifier des alternatives. Un patient plus informé et qui participe au choix de son traitement a généralement de plus grandes chances de guérison.

    Je découvre les médecins experts
    discover experts
    EXPERTISE

    Expertise des médecins vérifiée et garantie par le conseil scientifique

    discover experts
    RAPIDITÉ

    Avis médical sous 7 jours, délai compatible avec une prise de décision rapide

    discover experts
    CONFIDENTIALITÉ

    Données de santé protégées et jamais communiquées à des tiers

    discover experts
    PRIS EN CHARGE

    Sans avance de frais, pris en charge à 100% par les complémentaires santé partenaires

  • Quels spécialistes consulter ?

    Les personnes atteintes d’un syndrome rotulien souhaitant bénéficier d’un deuxième avis doivent être orientées vers un chirurgien orthopédiste ou un médecin du sport spécialiste de la biomécanique des membres inférieurs et en particulier du genou ayant une bonne expertise des syndromes rotuliens.
  • Symptômes syndrome rotulien

    Les personnes atteintes de syndrome rotulien souffrent la plupart du temps de douleurs de la face antérieure du genou qui se manifestent lors de la descente ou de la montée des escaliers (syndrome douloureux dynamique) ou en position assise ou accroupie prolongée (syndrome douloureux statique).
    Les douleurs se manifestent également pendant et après l’activité sportive, notamment pour les personnes qui pratiquent la natation, le vélo, la course à pieds et le ski.

    En cas de syndrome rotulien, les personnes concernées peuvent également ressentir de faux blocages du genou, des sensations d’instabilité (dérobement par lâchage du muscle de la cuisse), et plus rarement une limitation de la mobilité rotulienne.

    Il existe parfois des craquements, qui peuvent être audibles, survenant en flexion-extension. Isolés (sans douleur associée) ils ne constituent pas un symptôme du syndrome rotulien.
  • Diagnostic syndrome rotulien

    La douleur antérieure du genou et les accidents d’instabilité constituent les principaux motifs de consultation. 

    Après avoir recueilli les symptômes par l’interrogatoire, le médecin procède à un examen physique qui comprend : une analyse de la morphologie du genou sur un patient debout de face (désaxation frontale, un trouble de torsion), une rétraction des ischio-jambiers, une ecchymose ou un hématome. La marche est analysée et parfois l'empreinte du pied est observé sur un podoscope (appareil permettant d’analyser la voûte plantaire). Les mobilités articulaires sont mesurées puis des tests spécifiques sont réalisés par confirmer l’origine fémoro patellaire de la douleur ou l’instabilité de la rotule.  

    L’imagerie (radiographies de face, de profil, genou tendu et en flexion ; scanner ; IRM) recherchera des anomalies morphologiques pouvant être à l’origine du syndrome rotulien. Les examens d’imagerie ne sont pas systématiques. Ils seront prescrits par le médecin en fonction de l’interrogatoire et de l’examen physique.

    Il n’y a jamais d’arthroscopie (intervention consistant à utiliser une caméra pour regarder dans le genou) nécessaire pour faire le diagnostic.
  • Traitement syndrome rotulien

    Le traitement est avant tout médical
    • Il est axé dans un premier temps sur l’éviction des gestes du quotidien et des activités sportives provoquant les douleurs. Il est ainsi recommandé aux personnes souffrant d’un syndrome rotulien d’éviter les escaliers, la marche sur un terrain en pente, le jardinage, la position accroupie, le ski et la natation. Les autres sports ne sont pas contre-indiqués dans la mesure où ils ne sont pas douloureux. 
    • La rééducation constitue le principal traitement du syndrome rotulien. Elle permet de diminuer les pressions de l’articulation de la rotule et du fémur en travaillant sur le capital neuromusculaire du patient. La balnéothérapie (rééducation en piscine) est conseillée et est un moyen doux de parvenir à faire ce travail musculaire sans provoquer les douleurs. Chez les sportifs, la rééducation peut être complétée par des exercices spécifiques visant à corriger les erreurs techniques des gestes sportifs mal exécutés.
    • Pour faciliter la mise en route de la rééducation du syndrome rotulien, des antalgiques et des relaxants musculaires pourront être proposés. Les anti-inflammatoires ont une efficacité limitée en cas de syndrome rotulien et ne doivent être prescrits sur une courte durée que s’il existe des signes inflammatoires.
    • Le port d’une genouillère ou d’une orthèse de stabilisation pourra être rarement conseillé pendant quelques semaines dans la vie quotidienne ou lors d’activités sportives à risque.
    • Le traitement chirurgical du syndrome rotulien doit rester exceptionnel. Il n’est recommandé que dans le cadre de syndrome rotulien en rapport avec une instabilité objective de rotule restant symptomatique malgré une rééducation optimisée. L’intervention aura alors pour objectif de corriger les défauts d’alignement ou morphologique de l’articulation.

    La prise en charge des syndromes rotuliens douloureux est souvent longue mais présente de bons résultats. Selon les études publiées, la moitié voire les deux-tiers des patients souffrant de syndrome rotulien ne présentent plus de symptômes six à sept ans après le début du suivi.
Je télécharge la fiche

Les autres maladies du genou

Nos articles de blog

Nous vous proposons des articles réguliers sur les maladies que nous couvrons, les associations qui peuvent vous aider, les progrès en termes de télémédecine...

Actualité du 15/06/2020
Il n’est parfois pas facile de concilier la vie au travail avec ses problèmes de santé. Si certains éprouvent des difficultés à assurer leur emploi comme ils le faisaient avant la maladie, aménager et adapter les conditions de travail peut être une...
Lire la suite...
Actualité du 10/06/2020
Un scanner, une contraception, de la rééducation… Les prescriptions de votre médecin ne se limitent pas aux médicaments. Mais saviez-vous qu’il peut aussi vous prescrire du sport ? Et oui, dans le cadre d’une maladie chronique,...
Lire la suite...