image Maladies des os, des articulations et des muscles

Rupture du ligament croisé antérieur chez l'adulte

Je découvre les médecins experts

Mise à jour le 27 mai 2020 - Revue par Docteur Philippe Beaufils

  • Définition rupture du ligament croisé antérieur chez l'adulte

    Le genou est une articulation complexe et très sollicitée. Elle est maintenue par 4 ligaments principaux qui relient le fémur au tibia. Il y a deux ligaments collatéraux (interne et externe) et deux ligaments croisés (antérieur et postérieur). Chacun d’entre eux joue un rôle dans la stabilité du genou. Le ligament croisé antérieur (LCA) est un ligament d’environ 3 cm de long et 7 à 10 millimètres de diamètre, qui empêche le tibia de filer vers l’avant, par rapport au fémur (tiroir antérieur ou laxité antérieure). Il se rompt en général lorsque le genou subit une violente torsion, lors d’une mauvaise réception de saut, ou une hyper extension. Cela arrive le plus souvent lorsqu’on pratique un sport dit « de pivot », le football, le basket, le ski ou autre…

    Le plus souvent il s’agit d’une rupture complète, mais parfois elle peut aussi être seulement partielle

    Comme le ligament croisé antérieur ne cicatrise pas spontanément, cette rupture peut entrainer une instabilité au niveau du genou... Enfin, comme elle survient généralement à la suite d’un traumatisme violent, il faut également vérifier qu’il n’y a pas d’autres lésions associées (sur les ligaments latéraux ou le ménisque par exemple).
  • Intérêt d'un deuxième avis ?

    Pourquoi demander un deuxième avis ?

    Le traitement de la rupture du ligament croisé antérieur s’inscrit dans une démarche personnalisée. De nombreux facteurs entrent en ligne de compte, lorsqu’il s’agit décider de l’opportunité d’une opération chirurgicale. Plusieurs questions peuvent se poser. Si le patient est un enfant, faut-il attendre qu’il ait fini sa croissance ? S’il est plus âgé, combien de temps durera le processus de cicatrisation ? Quelles sont les bénéfices de tel ou tel traitement ? Une rupture du ligament croisé antérieur pouvant entrainer une sérieuse instabilité au niveau du genou, voire de l’arthrose, le choix du traitement n’est donc pas anodin. Dans ce contexte, un deuxième avis peut apporter un éclairage supplémentaire. Mieux informé, le patient sera plus à même d’évaluer le rapport bénéfices / inconvénients de chaque option proposée et ainsi de prendre part à l’élaboration d’une stratégie thérapeutique adaptée à sa situation.

    Quelles sont les questions les plus fréquemment posées ?

    • Dois-je me faire opérer ?
    • En quoi consiste l’opération ?
    • Quel est le ligament que l’on va utiliser pour l’autogreffe ?
    • Vais-je retrouver la stabilité de mon genou et au bout de combien de temps ?
    • On me propose de la rééducation mais pas d’opération chirurgicale, en quoi est-ce mieux dans mon cas ?
    • En quoi consistent les séances de rééducation ? Combien de temps vont-elles durer ?
    • Pourrai-je pratiquer à nouveau du sport ? Tous les sports ? Même de façon intensive ?
    • Suis-je susceptible de faire de l’arthrose à l’avenir ?
    • Suis-je menacé de lésions méniscales ou cartilagineuses ? Comment les traiter ?

    Mais aussi toutes les autres questions spécifiques que vous vous posez
  • Deuxiemeavis.fr c'est quoi ?

    Deux avis valent mieux qu'un

    Que vous soyez patient ou médecin, deuxiemeavis.fr vous permet d'obtenir l'avis d'un médecin expert en moins de 7 jours alors que les délais de consultation peuvent excéder parfois 6 mois.

    Un deuxième avis médical auprès d'un médecin référent dans votre problème de santé peut vous permettre d'approfondir les avantages et inconvénients de votre traitement et parfois d'identifier des alternatives. Un patient plus informé et qui participe au choix de son traitement a généralement de plus grandes chances de guérison.

    Je découvre les médecins experts
    discover experts
    EXPERTISE

    Expertise des médecins vérifiée et garantie par le conseil scientifique

    discover experts
    RAPIDITÉ

    Avis médical sous 7 jours, délai compatible avec une prise de décision rapide

    discover experts
    CONFIDENTIALITÉ

    Données de santé protégées et jamais communiquées à des tiers

    discover experts
    PRIS EN CHARGE

    Sans avance de frais, pris en charge à 100% par les complémentaires santé partenaires

  • Quels spécialistes consulter ?

    Un chirurgien orthopédique, spécialisé dans les opérations du genou
  • Symptômes rupture du ligament croisé antérieur chez l'adulte

    Au moment de l’accident, un craquement, parfois associé à une sensation de déboitement, suivi d’une douleur aiguë surviennent. Le genou se met à gonfler dans les heures qui suivent le traumatisme mais ce gonflement n’est pas nécessairement important. Le patient peut également ressentir une certaine instabilité en voulant se mettre debout.
  • Diagnostic rupture du ligament croisé antérieur chez l'adulte

    Le diagnostic de rupture du ligament croisé antérieur se fait essentiellement à l’examen clinique. Celui-ci repose notamment sur un interrogatoire au cours duquel le médecin demande au patient de décrire les circonstances de son accident. Le médecin complète son examen clinique en proposant deux tests au patient : le test du tiroir antérieur (manœuvre de Lachman), et le test du ressaut rotatoire. Une manœuvre de Lachman positive par rapport au côté opposé signe avec certitude une rupture du LCA. Enfin, une IRM permet de confirmer le diagnostic (elle peut cependant parfois être prise en défaut dans des circonstances particulières, c’est redire l’importance de l’examen clinique par un praticien expert) et surtout de rechercher d’éventuelles lésions associées (sur les autres ligaments ou sur le ménisque par exemple). Quant à la radiographie, elle a surtout pour but d’éliminer une fracture.
  • Traitement rupture du ligament croisé antérieur chez l'adulte

    Le choix du traitement dépend
    • De l’âge du patient
    • De sa motivation
    • Du type de rupture observée (totale ou partielle)
    • Des intentions du patient en matière de pratique sportive
    • De l’état du ménisque, du cartilage et des autres ligaments
    • De l’état de santé général du patient (notamment de sa musculature)
    • De l’état du genou du patient avant son accident

    Les différents traitements

    Toutes les ruptures du ligament croisé antérieur ne nécessitent pas forcément une intervention chirurgicale et de toute façon, hormis circonstances exceptionnelles, celle-ci n’est jamais envisagée en urgence.

    Dans un premier temps, il faut attendre que le genou dégonfle avant d'envisager une éventuelle intervention chirurgicale. Juste après l’accident, le médecin propose donc des antalgiques pour diminuer la douleur, un traitement par le froid (cryothérapie) et le port d’une attelle pendant 10 à 15 jours. S’il n’y a pas d’autres lésions ligamentaires il est possible d’appuyer complètement sur le genou et de débuter très rapidement la rééducation. L’objectif est d’obtenir un genou froid et fonctionnel très rapidement

    Une fois le genou dégonflé, il s’agit de redonner de la stabilité à l’articulation. Un traitement chirurgical est proposé surtout chez les patients jeunes, et/ou les patients sportifs de pivot et/ou en cas de lésions méniscales associées. Il s’agit remplacer le ligament croisé antérieur par une greffe de tendon (c’est le principe de la ligamentoplastie). L’intervention est réalisée sous arthroscopie, une technique peu agressive lors de laquelle une caméra est introduite dans le genou pour guider le médecin. C’est l’un des tendons du patient lui-même qui est utilisé pour réaliser la greffe. On parle alors de greffe autologue. Selon les cas et les habitudes du chirurgien, plusieurs types de tendons peuvent-être prélevés chez le patient : le tendon rotulien, ou les tendons ischio-jambiers situés derrière la cuisse (encore appelés tendons de la patte d’oie)

    Mais il arrive aussi que le traitement ne nécessite pas de chirurgie (environ 1/3 des cas), en particulier si la demande sportive du patient n’est pas importante et la symptomatologie bien contrôlée. Un suivi kinésithérapique est dans ce cas très utile. Cette prise en charge non chirurgicale n’empêche pas secondairement d’envisager une opération si le patient conserve une instabilité gênante, et ce avec les mêmes résultats.

    Les résultats de la chirurgie sont habituellement bons permettant au patient de retrouver un genou stable fonctionnel pour la vie courante et la vie sportive. Les sports de loisir sont habituellement repris au même niveau. Pour les sports de compétition, il arrive que le niveau sportif soit inférieur ou que le patient soit amené à changer de sport au profit d’un sport moins contraignant.
Je télécharge la fiche

Les autres maladies du genou

Nos articles de blog

Nous vous proposons des articles réguliers sur les maladies que nous couvrons, les associations qui peuvent vous aider, les progrès en termes de télémédecine...

Actualité du 15/06/2020
Il n’est parfois pas facile de concilier la vie au travail avec ses problèmes de santé. Si certains éprouvent des difficultés à assurer leur emploi comme ils le faisaient avant la maladie, aménager et adapter les conditions de travail peut être une...
Lire la suite...
Actualité du 10/06/2020
Un scanner, une contraception, de la rééducation… Les prescriptions de votre médecin ne se limitent pas aux médicaments. Mais saviez-vous qu’il peut aussi vous prescrire du sport ? Et oui, dans le cadre d’une maladie chronique,...
Lire la suite...