Je découvre les experts

icône de la maladie "Greffe de rein (complications)"Greffe de rein (complications)

1|

Quelles sont les complications d'une greffe de rein ?

La greffe de rein consiste à transplanter le rein d’une proche ou d’une personne en mort cérébrale à un patient en insuffisance rénale terminale. Ceci n’est possible que grâce à un traitement anti-rejet. Les complications sont liées à l’acte chirurgical lui-même ou au traitement finalement insuffisant (rejet) soit excessif (toxicité des médicaments, infections, cancer…). 

Il existe tout d’abord des complications de l’opération en elle-même : hémorragie, infection, sténoses ou thromboses des vaisseaux, fuites urinaires. 

Passée la chirurgie, une des principales complications de la greffe est immunologique : le rejet du greffon. Il existe différents types de rejets : les rejets aigus ou chroniques, les rejets symptomatiques ou asymptomatiques. On tente de prévenir ces rejets par des traitements qu’on appelle des immunosuppresseurs qui sont à poursuivre à vie. Cependant, ces traitements sont aussi une source de complications, notamment infectieuses et tumorales. 

Les complications infectieuses sont extrêmement fréquentes puisque 80 % des transplantés feront une infection dans l’année suivant la greffe. Les agents infectieux les plus fréquents sont le CMV (cytomégalovirus), le virus BK et les bactéries à l’origine d’infections urinaires ou pulmonaires.

Les complications néoplasiques sont plus fréquentes chez les patients transplantés que dans la population générale. Les cancers les plus fréquents dans ce cadre précis sont les cancers de la peau ainsi que certains lymphomes. 

Le traitement immunosuppresseur est aussi source de complications métaboliques et cardiovasculaires entraînant un sur-risque de diabète, d’hypertension artérielle et de dyslipidémies (cholestérol notamment). 

Les complications digestives de ces traitements sont aussi très fréquentes et se présentent sous la forme d’une diarrhée. 

Il est important de noter que malgré ces différentes complications, la greffe rénale reste le traitement qui donne le meilleur rapport bénéfice/risque pour les patients insuffisants rénaux chroniques tant en termes de qualité que de quantité de vie. 

2|

Quel est l'intérêt d'un deuxième avis pour des complications d'une greffe de rein ?

Pourquoi demander un deuxième avis pour des complications d'une greffe de rein ?

Les complications de la greffe rénale sont très polymorphes et complexes à prendre en charge. Un deuxième avis est donc précieux pour anticiper et prendre en charge les différentes complications possibles après une greffe puisque la greffe est un traitement qui est relativement lourd et qui doit être correctement encadré. Un deuxième avis en cas de greffe de rein permet en effet de comprendre le mécanisme de survenue des complications possibles : cela permet l’éducation thérapeutique qui a prouvé son efficacité pour limiter la gravité des complications lors de pathologies chroniques. Grâce à un deuxième avis, il vous sera aussi possible de reconnaître les signaux d’alerte typiques des complications d’une greffe pour pouvoir agir le plus précocement possible, par exemple suspecter une infection en cas de fièvre et se diriger vers son médecin rapidement.

Un spécialiste pourra également vous présenter les options possibles pour traiter vos complications et limiter leur impact sur votre qualité de vie. Enfin, un deuxième avis peut vous aider à mettre en place un suivi pour limiter les complications post-greffe et vous garantir davantage de confort.

 

Quelles questions poser dans le cadre d'un deuxième avis pour des complications d'une greffe de rein ?

  • Comment est-il possible de prévenir ces complications ? 
  • Les traitements préventifs des infections sont-ils à prendre à vie ? 
  • Quelle est la complication la plus grave à laquelle suis-je exposée ? 
  • Le rejet peut-il survenir longtemps après la greffe ?
  • Comment évaluer la sévérité de ma complication ?
  • Un rejet est-il synonyme d’échec de la greffe ?
  • Quels sont les signaux d’alerte qui doivent me faire suspecter une complication ?
  • Après le traitement, la complication peut-elle revenir ?

Mais aussi toutes les questions spécifiques que vous vous posez.

 

3|

Quels sont les spécialistes des complications de greffe de rein ?

Les complications des greffes rénales nécessitent très souvent une prise en charge multidisciplinaire qui associe plusieurs spécialistes. L’urologue, le néphrologue, les infectiologues, les dermatologues ou encore les oncologues font partie des différents spécialistes qui peuvent être consultés selon la complication en cause.

4|

Quels sont les symptômes des complications de greffe de rein ?

Lors d’un rejet aigu ou chronique d’un greffon rénal, plusieurs symptômes peuvent être présents : 

  • Une prise de poids
  • Des oedèmes des membres inférieurs
  • De la fièvre
  • Une hypertension artérielle
  • Une diminution de la production de l’urine 

Un rejet peut aussi être asymptomatique et il sera suspecté devant une perturbation des examens biologiques de surveillance ou sur une anomalie d’une biopsie rénale (c’est-à-dire un prélèvement du rein greffé) de surveillance. 

Les pathologies infectieuses se manifestent différemment en fonction de l’agent causal et du type d’infection. Cependant, les symptômes sont généralement beaucoup moins marqués que dans la population générale. Le symptôme principal reste la fièvre et d’autres symptômes pourront être présents en fonction de la localisation de l’infection par exemple la présence d’une toux et de difficultés respiratoires fera suspecter une infection pulmonaire

Les autres complications ne sont pas obligatoirement symptomatiques et nécessitent dans ce cas un dépistage systématique par des bilans biologiques réalisés régulièrement. C’est le cas par exemple des complications métaboliques comme l’hypertension artérielle ou l’hypercholestérolémie

Les complications néoplasiques peuvent se présenter sous la forme d’une altération de l’état général avec un amaigrissement, une perte de poids et une grande fatigue. Les lymphomes peuvent aussi se révéler par des sueurs nocturnes et une fièvre.

5|

Comment diagnostiquer les complications d'une greffe de rein ?

En ce qui concerne le rejet de la greffe, le diagnostic sera posé sur des critères biologiques de défaillance rénale avec une augmentation de la créatininémie (marqueur de défaillance rénale que l’on mesure lors de prises de sang) et sur une biopsie rénale. Cette biopsie rénale sera effectuée sous anesthésie et la biopsie sera ensuite envoyée au laboratoire afin de l’analyser. Le diagnostic d’une pathologie infectieuse chez un patient greffé rénal, et donc chez un patient immunodéprimé par le traitement, est assez difficile et nécessite beaucoup de précautions. Un ensemble d’examens complémentaires seront nécessaires : prise de sang avec recherche d’un agent infectieux c’est ce qu’on appelle une hémoculture, analyse des urines, radiographie pulmonaire ainsi que d’éventuels examens complémentaires plus spécialisés.  

Les complications métaboliques et cardiovasculaires seront systématiquement dépistées soit cliniquement par exemple via la mesure de la pression artérielle, soit par des prises de sang avec un dosage du cholestérol et de la glycémie sanguine pour le diabète. 

Les pathologies néoplasiques se diagnostiquent généralement à l’aide d’une imagerie comme un scanner ou une IRM (imagerie par résonance magnétique) ainsi qu’avec une biopsie de la tumeur ce qui permettra de faire le diagnostic de certitude après son analyse dans un laboratoire d’anatomopathologie.

6|

Comment soigner les complications d'une greffe de rein ?

Pour les rejets de greffe, le traitement repose sur des médicaments immunosuppresseurs. En cas de rejet de greffe, des corticoïdes peuvent aussi être associés aux immunosuppresseurs. Quand ces traitements ne suffisent pas, une épuration extra-rénale, c'est-à-dire une dialyse, doit être reprise ou commencée. En ce qui concerne les complications infectieuses, le traitement repose dans un premier temps sur un traitement préventif lors de la mise en place du traitement immunosuppresseur. Ce traitement préventif repose sur des antibiotiques, des antifongiques voire des antiviraux. 

Le traitement curatif d’une infection déclarée repose sur ces mêmes traitements à des doses souvent supérieures. Les complications métaboliques comme l’hypertension artérielle, l'hypercholestérolémie ou encore le diabète sont prises en charge par des traitements médicamenteux : des anti-hypertenseurs, des hypolipémiants comme les statines et, concernant le diabète, des antidiabétiques oraux ou de l’insuline en fonction des cas. 

Les cancers de la peau qui sont les cancers les plus fréquents chez les greffés seront traités le plus souvent par une exérèse chirurgicale de la tumeur. Pour les autres complications néoplasiques les traitements varient en fonction du type de tumeur et de son degré d'envahissement de l'exérèse chirurgicale jusqu’à la chimiothérapie

Mise à jour le 24/09/2021 Revue par le Professeur Alexandre Hertig

Vous avez aimé cet article ?
N’hésitez pas à le partager !
Grâce à votre contrat santé ou prévoyance, obtenez l’avis d’un médecin expert de votre problème de santé en moins de 7 jours, gratuitement et sans avance de frais
Etape 1
1. Inscription
Créez un compte et récupérez votre dossier médical en parallèle
Je commence
Grâce à votre contrat santé ou prévoyance, obtenez l’avis d’un médecin expert de votre problème de santé en moins de 7 jours, gratuitement et sans avance de frais
Etape 1
1. Inscription
Créez un compte et récupérez votre dossier médical en parallèle
Je commence
Découvrez nos conseils santé sur notre blog chaque semaine
Deuxième avis médical : quels avantages ?

Deuxième Avis

Deuxième avis médical : quels avantages ?

Par Mathilde Lamolinerie le 08/01/2020

L’écho-doppler vasculaire en 5 questions

Cardiovasculaire

L’écho-doppler vasculaire en 5 questions

Par Philippine Picault le 24/11/2021

Prostate, vessie, rein… Comment soigne-t-on les cancers urologiques ?

Gynécologie, urologie

Prostate, vessie, rein… Comment soigne-t-on les cancers urologiques ?

Par Marion Berthon le 22/11/2021

Cancer et fertilité masculine : comment la préserver ?

Gynécologie, urologie

Cancer et fertilité masculine : comment la préserver ?

Par Marion Berthon le 17/11/2021

Je découvre le blog

Découvrez nos webinaires

webinaire cancer de la prostate
Webinaire
Adénome et cancer de la prostate :
Comment éviter l’opération ?
Jeudi 25 novembre 2021 de 18h à 19h
Ça m’intéresse
Vous avez manqué un webinaire ?
Revoyez les en replay
Voir tous nos webinaires

Maladies des reins :

Pour aller plus loin…

Je découvre les médecins experts

Je m’informe sur la prise en charge

Je m’informe sur la protection de mes données

Vous avez d’autres questions ? Consulter notre F.A.Q
Logo de deuxiemeavis.fr

Un service patient
est là pour vous accompagner

Un service patient est là pour vous accompagner

Du lundi au vendredi de 9h à 18h

01 81 80 00 48

Appel non surtaxé

Par messageF.A.Q

Appel non surtaxé

Service
Le deuxième avisLes médecins expertsLes maladiesLa prise en chargeTémoignagesBlog
Mentions légales Politique de confidentialitéC.G.S

Copyright © Carians 2021, Tous droits réservés - Carians - Deuxiemeavis.fr - 1 boulevard Pasteur 75015 Paris

Rejoignez-nous !

Marion