image Maladies digestives

Hépatite auto-immune

Je découvre les médecins experts

Mise à jour le 2 juillet 2020

  • Qu'est-ce qu'une hépatite auto-immune ?

    L’hépatite auto-immune est caractérisée par une inflammation chronique du foie. Cette pathologie est liée à des anomalies de l’immunité qui apparaissent sous la forme d’auto-anticorps. En effet, le terme « auto-immune » indique que le propre système immunitaire d'une personne s’attaque à certains constituants de son propre corps.

    Le mécanisme déclenchant est imprécis mais il apparaît que des globules blancs, les lymphocytes (des cellules du sang qui combattent les infections) attaquent les cellules du foie.

    L’hépatite auto-immune est une maladie rare qui ne touche en moyenne que 19 personnes pour 100 000 habitants par an mais dont la fréquence est plus élevée en Europe du Nord et surtout en augmentation. L'hépatite auto-immune peut débuter à tout âge mais elle est particulièrement fréquente entre 10 et 30 ans puis entre 40 et 50 ans. Dans 70 % des cas elle touche en priorité les femmes.
  • Quel est l'intérêt d'un deuxième avis pour une hépatite auto-immune ?

    Pourquoi demander un deuxième avis pour une hépatite auto-immune ?

    Un deuxième avis est tout à fait indiqué dans le cadre d’une hépatite auto-immune car un diagnostic précoce et précis permettra de mettre en place un traitement efficace et adapté. Il pourra vous éviter de graves complications ainsi que le recours à une transplantation hépatique à plus ou moins long terme. Par ailleurs dans la mesure où des rechutes sont susceptibles de survenir tout au long de la vie un second avis peut également vous permettre d’apprendre à mieux vivre avec votre maladie, à détecter les signaux d’alerte et à adopter un comportement préventif adapté.

    Quelles sont les questions les plus fréquemment posées ?

    • A quel stade en est ma maladie ?
    • Quel est le traitement adapté à ma situation ?
    • Y a-t-il des effets secondaires ? Vais-je garder suffisamment d’anti-corps pour défendre mon organisme ?
    • Je ressens une fatigue extrême : quand vais-je pouvoir récupérer ma forme antérieure ?
    • Vais-je devoir suivre un traitement toute ma vie ?
    • Comment va évoluer ma maladie ?
    • Dois-je adapter mon mode de vie ?
    • Dois-je adopter un régime alimentaire particulier ?
    • Quels sont les risques liés à une transplantation hépatique dans mon cas ?
    Mais aussi toutes les autres questions spécifiques que vous vous posez.
  • Deuxiemeavis.fr c'est quoi ?

    Deux avis valent mieux qu'un

    Que vous soyez patient ou médecin, deuxiemeavis.fr vous permet d'obtenir l'avis d'un médecin expert en moins de 7 jours alors que les délais de consultation peuvent excéder parfois 6 mois.

    Un deuxième avis médical auprès d'un médecin référent dans votre problème de santé peut vous permettre d'approfondir les avantages et inconvénients de votre traitement et parfois d'identifier des alternatives. Un patient plus informé et qui participe au choix de son traitement a généralement de plus grandes chances de guérison.

    Je découvre les médecins experts
    discover experts
    EXPERTISE

    Expertise des médecins vérifiée et garantie par le conseil scientifique

    discover experts
    RAPIDITÉ

    Avis médical sous 7 jours, délai compatible avec une prise de décision rapide

    discover experts
    CONFIDENTIALITÉ

    Données de santé protégées et jamais communiquées à des tiers

    discover experts
    PRIS EN CHARGE

    Sans avance de frais, pris en charge à 100% par les complémentaires santé partenaires

  • Quels sont les spécialistes de l'hépatite auto-immune ?

    Un hépatologue. Ce spécialiste s'intéresse aux maladies hépatobiliaires, c'est-à-dire aux maladies du foie, des voies biliaires et de la rate. Il peut poser un diagnostic et proposer les soins nécessaires. Il peut être aussi gastro-entérologue ou éventuellement spécialisé dans la chirurgie du foie et des organes associés.

    Un hépatologue pédiatrique. Dans le cas où le patient est un enfant, l’hépatologue peut être spécialisé dans le diagnostic et la prise en charge des maladies du foie de l’enfant ainsi que dans les transplantations pédiatriques.

    Il existe une filière santé maladies rares qui s’occupe des maladies hépatiques rares, et qui traite d'hépatite auto-immune : Filfoie. Pour savoir ce qu’est une filière de maladies rares, mieux connaître Filfoie et identifier ses centres de prise en charge, rendez-vous sur notre article de blog : à qui s’adresser en cas de maladie hépatique rare ?
  • Quels sont les symptômes d'une hépatite auto-immune ?

    A cause de son caractère asymptomatique, du moins au début, il arrive que l'hépatite auto-immune ne soit détectée que par un test sanguin de routine. Les symptômes qui prévalent ensuite restent peu spécifiques : la fatigue, un manque d’appétit, une certaine somnolence ou encore des douleurs dans les muscles ou les articulations. Parfois un jaunissement de la peau et du blanc de l'œil peut apparaître (ictère). C’est la raison pour laquelle le diagnostic est souvent tardif et la moitié des patients qui se présentent à la consultation le font lorsqu’ils ont déjà un tableau d’hépatite aiguë ou fulminante (complications aiguë de l’hépatite auto-immune) ou de cirrhose (complication hépatique chronique de l’hépatite auto-immune). Dans cette situation, la vie du malade est menacée, parfois à très court terme.

    En l’absence de traitement ou si l’inflammation n'a pas été diagnostiquée à temps une nécrose, une fibrose voire une cirrhose peuvent s’installer, parfois de façon insidieuse (sans symptômes initiaux). Quand la situation s’aggrave (insuffisance hépatique, hémorragie digestive, ascite, cancer…), la greffe de foie devient alors le seul recours à court ou à long terme.
  • Comment diagnostiquer une hépatite auto-immune ?

    Le diagnostic se base tout d’abord sur un interrogatoire du médecin qui recherche notamment les symptômes et les facteurs de risque de la maladie. Les facteurs de risques à rechercher sont les virus de l'hépatite B et de l'hépatite C, certains types de médicaments ou encore un excès de certains métaux dans le foie tels que le cuivre ou le fer, peuvent également être à l’origine d’une hépatite auto-immune. La maladie n'est pas contagieuse et a priori non héréditaire, même si des facteurs immuno-génétiques (HLA) sont parfois présents (facteurs génétiques prédisposant a l’apparition de la maladie).

    Des anomalies sur un bilan sanguin hépatique de routine doivent faire évoquer le diagnostic d’hépatite auto-immune.

    Les examens complémentaires spécifiques des hépatites auto-immunes à réaliser sont la recherche des auto-anticorps responsables de la maladie : les facteurs anti-nucléaires, les anticorps anti-mitochondries, les anticorps anti-muscles lisses, les anticorps anti-LKM1 et le dosage pondéral des gamma-globulines.
  • Comment soigner une hépatite auto-immune ?

    Le choix du traitement dépend :
    • du stade de la maladie,
    • de la précocité du diagnostic,
    • de l’âge du patient,
    • des éventuelles complications qui sont survenues,
    • des antécédents médicaux et familiaux,
    • de l’état général du patient.

    Le traitement peut guérir les formes pédiatriques (après 5 ans) mais ne peut pas guérir véritablement la maladie chez l’adulte. Il a pour objectif d’en limiter l’évolution et d’éviter les rechutes de manière à diminuer le risque de cirrhose.

    Traitement initial. Le traitement habituel de l’hépatite auto-immune consiste à administrer des corticoïdes et des immunosuppresseurs (qui agissent sur les défenses immunitaires). Il s’agit généralement de prednisone associée à l’azathioprine. Dans 85 % des cas ce traitement permet la rémission complète (c’est-à-dire la normalisation des transaminases sur le bilan sanguin hépatique). Ces médicaments ont pour objectif de réduire l'inflammation où qu'elle se trouve y compris dans le foie. Le traitement dure en moyenne un à deux ans. La baisse des doses de corticoïdes s’effectue par paliers successifs. A la fin du traitement une biopsie de contrôle peut être réalisée pour vérifier l’amélioration histologique (au niveau tissulaire de la maladie). Sans amélioration la poursuite du traitement immunosuppresseur sera discutée.

    Traitement d’entretien. Une fois l’inflammation réduite et la normalisation des transaminases (sur le bilan hépatique sanguin) obtenue le traitement à base de corticoïdes peut être arrêté. Environ 90 % des patients poursuivent ensuite un traitement tout au long de leur vie (généralement à base d’azathioprine) pour éviter les rechutes. Mais 20 % des malades ne répondent pas au traitement. La transplantation hépatique est alors envisagée.

    Transplantation hépatique. La transplantation hépatique est une intervention chirurgicale lourde qui a pour objectif de remplacer un foie malade par un foie sain. Elle est notamment indiquée lorsque l’hépatite auto-immune résiste à un traitement à fortes doses par corticoïdes ou dans les cas de cirrhose accompagnée de complications sévères. L’hépatite auto-immune représente environ 5 % des indications de transplantation pour cirrhose. Mais la maladie peut encore récidiver jusque dans 40 % des cas plusieurs années après la transplantation. C’est pourquoi le suivi est très important.
Je télécharge la fiche

Les autres maladies du foie

Nos articles de blog

Nous vous proposons des articles réguliers sur les maladies que nous couvrons, les associations qui peuvent vous aider, les progrès en termes de télémédecine...

Actualité du 14/12/2018
Filfoie : filière spécialisée dans les maladies hépatiques rares Labellisée en 2014, la filière Filfoie centralise 9 centres de référence, 69 centres de compétence, 4 associations de patients* ainsi que des laboratoires de recherche et de...
Lire la suite...
Actualité du 28/07/2017
Les formes d’hépatites les plus connues sont l’hépatite B et C puisqu’elles sont chroniques et causent des cirrhoses et cancers du foie. D’après Santé Publique France, 280 000 personnes sont infectées par le virus de l’hépatite...
Lire la suite...