Rechercher une maladie :
Vous ne trouvez pas votre maladie :
Contactez-nous

Cancer primitif du foie

Tout Définition Diagnostic Traitement Deuxième avis

Définition cancer primitif du foie

Le foie est l’un des plus gros organes de notre organisme. Situé en haut à droite de l’abdomen, il appartient au système digestif. Il a pour fonction de stocker les nutriments, de transformer les glucides, les lipides et les protides, de purifier notre organisme en détruisant certaines toxines et enfin il sécrète des enzymes et de la bile qui facilitent le processus de digestion.
Le cancer primitif du foie se différencie du cancer métastatique du foie. Le premier se déclare spontanément dans le foie, alors que le second est un cancer qui prend naissance ailleurs, et dont les métastases se développent dans le foie.
Dans 80% des cas, le cancer primitif du foie est un carcinome hépatocellulaire (qui progresse à partir des cellules du foie). Plus rarement, il peut aussi se former à partir des canaux biliaires (les canaux qui conduisent la bile, depuis le foie jusqu’à la vésicule). Ce sera alors un cholangiocarcinome. Enfin, la maladie peut également se déclarer dans les vaisseaux sanguins (un angiocarcinome) et les tissus conjonctifs du foie.

Le cancer primitif du foie touche majoritairement les hommes de plus de 60 ans. On estime à près de 8000 le nombre de nouveaux cas chaque année en France et on constate que ce nombre augmente régulièrement depuis une vingtaine d’années.

Symptômes cancer primitif du foie

Le cancer primitif du foie a la particularité de rester longtemps asymptomatique, ce qui rend son diagnostic souvent tardif. Puis, à mesure que la maladie se développe, certaines personnes peuvent ressentir des douleurs en haut à droite de l’abdomen (là où se situe le foie) qui irradient ensuite vers l’épaule ou le dos. Une altération de l’état de santé général (fatigue intense, fièvre, nausées, perte d’appétit), ainsi qu’un ictère (lorsque la couleur de la peau tend vers le jaune) doivent également alerter le patient.

Diagnostic cancer primitif du foie

Le diagnostic se base tout d’abord sur un interrogatoire du médecin qui recherche notamment les symptômes et les facteurs de risque de la maladie.

Le carcinome hépatocellulaire, le plus courant des cancers primitifs du foie, est le plus souvent associé à une cirrhose. D’autres facteurs que la cirrhose peuvent en être responsables : une infection chronique du foie (comme l’hépatite B ou C), une consommation excessive de tabac, certaines maladies des canaux biliaires ou du foie, le diabète ou encore l’obésité sont également montrés du doigt. Les médecins peuvent également suspecter certains troubles du métabolisme (comme l’hémochromatose, une maladie qui se traduit par une concentration excessive de fer dans le foie), mais aussi une exposition prolongée à certaines substances chimiques (le plutonium, le dioxyde de thorium, le chlorure de vinyle…)

 

Après un examen clinique, et en cas de suspicion d’un cancer, le médecin demandera en premier lieu une échographie abdominale. Celle-ci peut être complétée par d’autres examens d’imagerie médicale, tels que le scanner ou l’IRM abdominale pour confirmer ou préciser le diagnostic.

Spécialistes cancer primitif du foie

Un hépato-gastro-entérologue. C’est le spécialiste des maladies du foie et des organes du tube digestif, ainsi que leurs pathologies, et notamment des maladies du foie.

Un chirurgien. Spécialisé en chirurgie viscérale, c’est lui qui prend en charge les opérations chirurgicales qui touchent le foie, mais aussi l’estomac, les intestins, la rate…

Un oncologue. Pour toutes les questions spécifiques relatives au traitement du cancer. Auparavant, assurez-vous de sa spécialisation dans les cancers du foie.

Le radiologue. Il est le spécialiste des traitements radio-interventionnels. Il entrera dans la prise en charge si un traitement par radiofréquences est proposé.

Traitement cancer primitif du foie

Le choix du traitement dépend

  • Du type, du stade et du grade de la tumeur
  • De sa localisation
  • De la présence ou non de métastases à l’extérieur du foie
  • De la sévérité de la cirrhose ou de la maladie hépatique si celle-ci est à l’origine de la maladie
  • De l’état du foie du patient
  • De ses antécédents familiaux et médicaux
  • De son âge et de son état de santé général
  • De ses choix 

Si l’état du foie le permet, le traitement d’un cancer primitif du foie fait appel à la chirurgie. C’est le seul traitement réellement curatif. L’opération préconisée en première intention est l’ablation partielle du foie (l’hépatectomie). Malheureusement, cette intervention n’est pas toujours réalisable car le foie est souvent trop dégradé pour la permettre. Il faut également que la tumeur ne soit pas trop grosse pour permettre à la portion de foie résiduelle de fonctionner.

Quand l’intervention n’est pas possible, le chirurgien ou plus souvent le radiologue peuvent proposer de détruire la tumeur par radiofréquence (il s’agit de soumettre la tumeur à l’action d’un courant électrique de haute fréquence qui va chauffer et détruire les cellules cancéreuses.) Ce procédé est utilisé pour les petites tumeurs.

Enfin, chez les patients atteints de cirrhose du foie, une transplantation hépatique peut être une solution. Il s’agit d’une intervention qui a pour but de remplacer le foie malade par un foie sain, ce qui n’est possible que sur une minorité de patients.

Lorsque la chirurgie n'est pas réalisable, le traitement est palliatif et fait appel à la chimio-embolisation intra-artérielle hépatique. Ce procédé associe des médicaments de chimiothérapie à un produit qui va boucher l’artère et ainsi bloquer le sang qui alimente la tumeur en nutriments. Ce traitement sert surtout à ralentir le développement de la tumeur.

Les médecins peuvent également recourir à la radiothérapie pour soulager la douleur et diminuer les symptômes.

Intérêt d'un deuxième avis

Même si la décision thérapeutique est collégiale au cours d’une réunion de concertation multidisciplinaire, un deuxième avis est tout à fait indiqué dans le cadre d’un cancer primitif du foie. Dans la mesure où cette maladie engage le pronostic vital du patient, ce dernier a tout intérêt à être le mieux informé possible sur les différents aspects de la maladie et de ses traitements. Il doit parfaitement connaître la nature des thérapies qui existent, mais aussi leurs risques potentiels (notamment en cas de transplantation hépatique) avant de faire ses choix. Mieux accompagné, le patient, (mais aussi son entourage), aura les compétences pour participer activement à sa prise en charge de manière éclairée. Comprendre sa maladie et adhérer aux traitements proposés c’est déjà une partie de la stratégie thérapeutique.

Quelles questions poser ?

 
    • Quels sont les traitements possibles dans mon cas ?
    • Peut-on envisager une hépatectomie partielle ?
    • Quels sont les risques de l’intervention ?
    • Y a-t-il des risques de récidive après le traitement ?
    • Puis-je être candidat à la transplantation hépatique ?
    • Quels en sont les risques ?
    • Dois-je changer mon mode de vie ?
    • Des essais thérapeutiques sont-ils en cours et suis-je éligible ?

 Mais aussi toutes les autres questions spécifiques que vous vous posez ...

Qui consulter ?

Un hépato-gastro-entérologue. C’est le spécialiste des maladies du foie et de organes du tube digestif, ainsi que leurs pathologies.

Un chirurgien. Spécialisé en chirurgie viscérale, c’est lui qui prend en charge les opérations chirurgicales qui touchent le foie, mais aussi l’estomac, les intestins, la rate…

Un oncologue. Pour toutes les questions spécifiques relatives au traitement du cancer. Auparavant, assurez-vous de sa spécialisation dans les cancers du foie.

Les examens à transmettre

Pour soumettre une demande de deuxième avis, vous devrez transmettre les documents obligatoires suivants :

  • Examens biologiques suivants qui permettent de calculer la “fibrose hépatique”:
AST/ALT/GGT/Phosphatases alcalines/Bilirubine
Albumine
NFS/Plaquettes
Cholestérol total/HDL/LDL/Triglycérides
TP/INR
alpha féto-protéine
Créatininémie
Glycémie
25OH-VitD

  • Sérologie virale B (Ag HBs/anti-HBs, anti-HBc) et C (anti-VHC et si positive ARN VHC)

D'autres documents, bien que facultatifs dans nos questionnaires, peuvent également présenter un intérêt pour le médecin expert qui rendra son avis :
  • Comptes rendus de consultation, d'hospitalisation ou opératoires
  • Compte rendu et images d'une échographie hépatique, d’un Scanner
  • Comptes rendus et images d’un Fibroscan ou Elastométrie
Mise à jour le 23 juin 2017
Recevez votre deuxième avis en 7 jours seulement
Vous êtes atteints d'une maladie grave, rare ou invalidante, deuxiemeavis.fr vous permet d'accéder à un médecin spécialiste qui est expert de votre maladie et de lui poser toutes vos questions
Recherchez votre maladie
Nous couvrons une liste croissante de maladies graves, rares ou invalidantes. Recherchez la vôtre ou contactez nous si vous ne la trouvez pas.
 
Complétez votre dossier médical
Collectez votre dossier médical auprès de votre médecin. Complétez ensuite votre questionnaire médical en ligne et transmettez vos documents et examens.
 
Choisissez votre médecin expert
Nous avons sélectionné des médecins experts de votre maladie. Choisissez parmi eux ou laissez le site vous affecter un expert disponible pour gagner du temps.
 
Recevez votre deuxième avis en 7 jours
Le médecin expert de votre maladie analyse votre dossier et vous répond sous 7 jours. Vous pouvez échanger un message avec lui concernant son avis.
Bénéficier d'une expertise médicale, par une démarche simple, rapide et sécurisée