image Maladies des os, des articulations et des muscles

Scoliose de l'enfant

Je découvre les médecins experts
Je demande un deuxième avis

Mise à jour le 31 mai 2019

  • Définition scoliose de l'enfant

    La scoliose est une déformation en trois dimensions de la colonne vertébrale, par rotation des vertèbres les unes par rapport aux autres. Le critère de diagnostic est une courbure de plus de 10 degrés de la colonne à la radiographie vertébrale.

  • Intérêt d'un deuxième avis

    Pourquoi demander un deuxième avis ?

    Demander un deuxième avis médical pour la scoliose est primordial :

    • pour vous assurer que les traitements en cours sont les plus adaptés à votre cas ou à celui de votre enfant.
    • Si vous-même ou votre enfant supportez mal le traitement en cours (ex : corset) et que vous souhaitez vous informer sur les alternatives ou des possibilités d’aménagement du port du corset
    • si on vous recommande l’opération : l’opération du dos est une opération importante et non dénuée de risques. Elle justifie réflexion et adhésion du patient.

    Deuxiemeavis.fr c'est quoi ?

    L'avis d'un médecin expert, en moins de 7 jours, pris en charge par votre complémentaire santé !

    deuxiemeavis.fr vous propose une solution rapide et sécurisée :

    Je découvre les médecins experts
    Je demande un deuxième avis
    image de cadenasdeuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL. N° d'autorisation : 1786189

    Témoignage

    Nous avons sollicité le service Deuxième Avis en mai 2016 suite à des avis divergents quant à la nécessité d’opérer notre fille de 13 ans pour une scoliose. J’ai été très surprise par la rapidité (3 jours !) avec laquelle nous avons reçu une réponse argumentée de la part du médecin expert; nous avons même pu poser de nouvelles questions avec une réponse en 24H. De plus, j’y vois un autre avantage : cela a été pour moi l’occasion de numériser, de sauvegarder et d’archiver les comptes-rendus médicaux et les radios qui se perdent si facilement au fil des ans !

    100% de patients satisfaits

    Combien ça coûte?

    Pour les assurés sociaux français, le service est pris en charge par certaines complémentaires santé. Contactez-nous pour savoir si vous êtes couverts.

    Est-ce sécurisé?

    deuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL.
    N° d'autorisation : 1786189

    Quelles sont les questions les plus fréquemment posées?

    • Dois-je imposer un corset à mon enfant ? Quels sont les risques ?
    • Doit-il se faire opérer ? N’y a-t-il pas d’alternatives moins invasives ?
    • Qu’est-ce que je risque si je ne le fais pas opérer ? Que risque-t-il s'il se fait opérer ?
    • Quelle sera la voie d’accès pour son opération ? Antérieure (par devant) ? Postérieure (par derrière) ? L’une puis l’autre ?
    • Quelles sont les différentes techniques opératoires qui existent ? Quelle est la technique la moins risquée et la plus adaptée au cas de scoliose de mon enfant ?
    • Quels sont les avantages et les risques liés à une opération de scoliose pour un enfant ?
    Mais aussi toutes les autres questions spécifiques que vous vous posez

    Quels spécialistes consulter?

    Le référent pour la scoliose de l’enfant est un chirurgien orthopédique pédiatrique. Il s’agit d’un chirurgien spécialiste des maladies des os, des articulations, des tendons, muscles et ligaments.

    Il est préférable de consulter un orthopédiste spécialiste de la scoliose de l’enfant.

    image de docteur
    2
    médecins experts
    pour scoliose de l'enfant
    Je découvre les médecins experts
  • symptômes scoliose de l'enfant

    La scoliose entraine une gibbosité, synonyme de déformation du dos en forme de bosse. On retrouve alors chez l’enfant un déséquilibre de hauteur entre les deux épaules, une saillie asymétrique des omoplates, un déséquilibre du tronc.

    La scoliose peut provoquer des douleurs d’arthrose précoce, et des troubles respiratoires. De plus, l’apparition de troubles psychologiques chez l’enfant est à prévenir.

    La scoliose s’aggrave à la puberté.

  • Diagnostic scoliose de l'enfant

    Le diagnostic de scoliose de l’enfant repose tout d’abord sur un interrogatoire du médecin qui recherche notamment les symptômes et les facteurs de risque de la maladie.

    Il existe plusieurs types de scolioses :

    70% des scolioses sont dites « idiopathiques », c’est à dire sans cause précise. Les courbures peuvent siéger dans la région thoracique (ou dorsale), lombaire ou thoraco-lombaire
    La courbure peut être unique ou il peut y avoir des combinaisons (double courbure par exemple de siège thoracique pour l’une et lombaire pour l’autre)
    Chaque courbure est définie de face par son sens, droit ou gauche selon la position de sa convexité. Cette forme touche le plus souvent les filles.

    Les autres 30% des scolioses sont dites « secondaires » . Elles peuvent résulter de maladies neuro-musculaires acquises : poliomyélite, IMC, myopathie ou provenir d’autres causes comme de tumeurs rachidiennes, des pathologies du tissu mou comme le syndrome de Marfan, ou une pathologie de la moelle épinière comme la syringomyélie. Ou être présentes à la naissance (maladies congénitales) par malformation des vertèbres ou des côtes.

     

     

    Le diagnostic de scoliose est ensuite confirmé par une radiographie vertébrale, qui mesure l’angle d’inclinaison de la colonne vertébrale.

  • Traitement scoliose de l'enfant

    Le choix du traitement de la scoliose, pour chaque patient, dépend :

    • Du type de scoliose,
    • Du stade de la scoliose,
    • De sa vitesse et sa capacité d’évolution,
    • Mais aussi des caractéristiques personnelles du patient : âge, maturation osseuse, antécédents médicaux et chirurgicaux, état de santé général, contre-indications éventuelles à certains traitements et choix de vie.

     
    Les différents traitements

    La kinésithérapie, l’orthopédie et la chirurgie sont les trois grands types de traitements de la scoliose :

    La kinésithérapie : la kinésithérapie et surtout la pratique de sports sont vivement recommandés (tous les sports sont bons mais en particulier les sports d’extension comme la natation). Cela permet au patient de s’assouplir, de faire des exercices respiratoires, de corriger sa posture, de se muscler… La kinésithérapie peut également permettre au patient de mieux s’approprier un corset.

    Le traitement orthopédique : le traitement orthopédique ne s’adresse qu’à des scolioses en période de croissance et est décidé lorsque la scoliose évolue rapidement ou devant une scoliose grave d’emblée. Il a pour but de stopper l’aggravation inéluctable de la scoliose pendant la croissance mais pas de la corriger. Il est important de démarrer un traitement orthopédique lorsque la scoliose présente encore un angle limité car l’orthopédie permet à l’angle de ne pas évoluer et donc de rester en fin de croissance avec une courbure voisine de celle de départ.
    Même s’il n’évite pas forcément une intervention chirurgicale future, le corset permet de « forcer » le rachis à croitre « dans le bon sens » et permet de ralentir l’évolution de la déformation de la scoliose.
    Le traitement orthopédique de la scoliose repose essentiellement sur la mise en place d’un corset qui est fait sur mesure. Le type de corset , sa durée de port (tout le temps, seulement la nuit …seront définis en fonction du stade d’évolution de la scoliose et de la pratique locale.
    Une autre technique est de plâtrer le patient soit d’emblée soit devant une aggravation de la scoliose malgré le traitement orthopédique. Il est surtout proposé pour les jeunes et très jeunes enfants Ces plâtres ont principalement pour but préparer la mise en place d’un corset en matière plastique. Ces plâtres doivent être réalisés à l’hôpital et nécessite un apprentissage pour les gestes de la vie quotidienne.

    La chirurgie : la chirurgie de la scoliose est proposée en fin de croissance aux scolioses graves (par exemple un degré supérieur à 40°). Elle permet d’empêcher l’aggravation de la scoliose à l’âge adulte et d’améliorer l’aspect esthétique.

    La technique utilisée consiste à mettre en place des tuteurs qui seront ancrés au niveau de la colonne vertébrale par des moyens variés (vis, crochets…) et d’y associer lorsque l’âge de l’enfant le permet une arthrodèse (technique courante en chirurgie de la colonne vertébrale qui consiste à bloquer un segment mobile) qui fixera pour toujours le rachis dans la bonne position. La zone opérée est donc bloquée à vie pour qu’elle ne se déforme plus.
    La mise en place des tuteurs et la réalisation de l’arthrodèse peut se faire par différentes voies (antérieure, postérieure ou les deux). Ceci dépend du siège de la scoliose, de sa gravité, de l’âge de l’enfant.

    Lorsque l’enfant n’a pas fini sa croissance et si une intervention chirurgicale est nécessaire (évolution rapide de la scoliose par exemple), on utilise des techniques qui évitent de bloquer les vertèbres. Le ou les tuteurs mis en place pour corriger la déformation doivent alors être remis en tension plusieurs fois jusqu’à la fin de la croissance.

    Dans certains cas, avant d’opérer, une préparation par traction vertébrale à l’aide d’un halo crânien est nécessaire. C’est une structure constituée d’un cercle et des pointes métalliques reliés à des poulies et à des poids pour assouplir le patient et améliorer sa fonction respiratoire.

Télécharger la fiche

Les autres maladies pour problème de dos

Nos articles de blog

Nous vous proposons des articles réguliers sur les maladies que nous couvrons, les associations qui peuvent vous aider, les progrès en termes de télémédecine...

Actualité du 03/08/2018
Cette semaine, nous partageons avec vous l’histoire de Mila* 4 ans qui souffre d’une scoliose, et de ses parents Marc et Nabilla*. Marc, Nabilla et Mila, habitent en Algérie. Très tôt, Mila a présenté des signes d’une hernie inguinale. Une hernie...
Lire la suite...