image Maladies des os, des articulations et des muscles

Lésion de l’astragale, lésion du talus

Je découvre les médecins experts
Je demande un deuxième avis

Mise à jour le 18 juillet 2019- Revue par Docteur Olivier Laffenetre

  • Définition lésion de l’astragale, lésion du talus

    Le talus (anciennement astragale) est l’os de l’articulation de la cheville situé entre le tibia et le calcaneus, l’os du talon. Il peut être le siège de différentes lésions à la fois cartilagineuses et osseuses regroupées sous le nom de LODA pour Lésions Ostéochondrales du Dôme de l’Astragale (on a gardé ici l’ancienne terminologie).

    Elles sont très souvent découvertes par des examens d’imagerie (radio, scanner, IRM) fait pour d’autres raisons et posent alors le problème de leur prise en charge.
    Dans d’autre cas, il s’agit d’un bilan à la recherche de la cause d’un symptôme au niveau de la cheville.

    Les causes d’une LODA peuvent être :

    • Une fracture partielle du talus, post-traumatique, parfois après une simple entorse qui peut avoir été oubliée.
    • Une nécrose partielle de l’os conséquence d’un trouble de son irrigation pour des raisons qui ne sont pas forcément bien connues.
    • Idiopathique, c’est-à-dire sans cause identifiée.

  • Intérêt d'un deuxième avis

    Pourquoi demander un deuxième avis ?

    Un second avis est tout à fait pertinent dans le cadre d’une lésion du talus. En effet, il existe une multitude de traitements qu’il convient d’étudier soigneusement afin de choisir le plus adapté à la situation médicale du patient. La cause de la maladie n’étant pas systématiquement identifiée, le choix de la prise en charge peut être délicat. D’ailleurs, le diagnostic est parfois posé suite à la découverte fortuite d’une lésion sur un examen d’imagerie. D’autre part, certaines interventions chirurgicales peuvent être complexes, comme la greffe ostéochondrale. De manière générale, les résultats de la chirurgie sont inégaux devant les formes de la lésion, en particulier sur de mauvaises localisations ou en cas de lésion étendue. Comme pour toute chirurgie, le risque de présenter des séquelles, et de devoir opérer à nouveau n’est pas exclu. Dans ce contexte, un second avis est tout à fait indiqué car il permet d’apporter un éclairage supplémentaire sur le diagnostic et/ou la prise en charge.

    Deuxiemeavis.fr c'est quoi ?

    L'avis d'un médecin expert, en moins de 7 jours, pris en charge par votre complémentaire santé !

    deuxiemeavis.fr vous propose une solution rapide et sécurisée :

    Je découvre les médecins experts
    Je demande un deuxième avis
    image de cadenasdeuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL. N° d'autorisation : 1786189
    100% de patients satisfaits

    Combien ça coûte?

    Pour les assurés sociaux français, le service est pris en charge par certaines complémentaires santé. Contactez-nous pour savoir si vous êtes couverts.

    Est-ce sécurisé?

    deuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL.
    N° d'autorisation : 1786189

    Quelles sont les questions les plus fréquemment posées?

    • Comment soulager mes douleurs ?
    • Est-ce que le port de semelles orthopédiques peut soulager mes symptômes sur le long terme ?
    • Est-ce que des injections de corticoïdes ou d’acide hyaluronique sont préconisées dans ma situation ? A quelle fréquence devrais-je les recevoir ? Sur quelle durée ?
    • On vient de me diagnostiquer une fracture de l’astragale. Quelle est la méthode chirurgicale adaptée à ma situation ?
    • On vient de me diagnostiquer une ostéonécrose / géode / LODA. A quoi est-elle due ? Doit-on m’opérer nécessairement et si oui, comment  ? Vais-je avoir mal ? La récupération fonctionnelle sera-t-elle totale ? Une récidive est-elle possible ? Quels sont les risques associés à l’opération ?
    • Ma lésion est-elle due à un traumatisme ancien ?

    Mais aussi toutes les autres questions spécifiques que vous vous posez.
  • symptômes lésion de l’astragale, lésion du talus

    Les symptômes ne sont pas du tout spécifiques :

    • Avant tout douleur persistante mécanique, c’est-à-dire lorsque le patient mobilise sa cheville, lors de la marche par exemple.
    • Une sensation d’instabilité.
    • Un blocage de la cheville, qui traduit la présence d’un fragment ostéocartilagineux libéré dans l’articulation.
    • Un gonflement articulaire.
    Aux stades les plus avancés, la maladie peut gêner dans la vie quotidienne.

  • Diagnostic lésion de l’astragale, lésion du talus

    Le diagnostic requiert dans un premier temps un examen clinique recherchant dans les antécédents une explication, ensuite un bilan d’imagerie :

    • Une radiographie de la cheville de face et de profil en charge. Elle permet d’analyser la structure osseuse et parfois de faire le diagnostic, ou du moins le suspecter. Elle est malheureusement souvent totalement normale.
    • Un arthroscanner (implique d’injecter un produit de contraste dans la cheville avant de réaliser le scanner). Il permet de préciser la localisation et l’étendue de la lésion, et d’analyser finement l’état du cartilage et de l’os.
    • Plus rarement une IRM, qui caractérise les formes chroniques mais qui a l’immense désavantage de majorer les lésions osseuses ; voire un spectCT (scanner couplé à la scintigraphie osseuse ou tomoscintigraphie) très utile en cas de lésions multiples, ou pour préciser « l’activité » d’une lésion et donc sa relation avec les douleurs exprimées.

    A l’issue de ce bilan d’imagerie, il peut s’agir :

    D'une fracture, dans moins de 20% des cas. Elle fait suite à un traumatisme comme une entorse de la cheville. Dans 75 % des cas, d’une ostéonécrose : il s’agit de la dégénérescence progressive et irréversible d’une partie de l’os. Elle est plus rarement traumatique et dans ce cas plutôt le fait de micro-traumatismes répétés comme dans la pratique du sport par exemple.
    D’une géode, beaucoup plus rarement. Il s’agit d’un véritable « trou » dans l’os, n’affectant pas le cartilage, mais dont le volume peut être impressionnant.

  • Traitement lésion de l’astragale, lésion du talus

    La prise en charge repose sur un traitement médical via :

    • La prise de médicaments antalgiques et anti inflammatoires afin de soulager les douleurs.
    • L’injection de corticoïdes (anti-inflammatoires) localement, guidée sous échographie. On peut aussi injecter de l’acide hyaluronique, composant du cartilage, qu’il contribue à renforcer ou du plasma concentré riche en plaquette, débarrassé de ses globules rouges, pour ses propriétés régénératrices.
    • Le port de semelles orthopédiques afin de caler le talon.
    • La mise au repos de la cheville, notamment par l’arrêt des activités sportives et des activités douloureuses.
    • Un traitement chirurgical si les douleurs persistent même après le traitement médical et dans les cas ou il s’avère possible. La méthode utilisée dépend de la cause :
    En cas de fracture : ablation du fragment s’il est petit et peu déplacé, sous arthroscopie, ou ostéosynthèse si le fragment est plus gros. Il s’agit de repositionner et de fixer le fragment à l’aide de vis. L’arthroscopie consiste à introduire une petite caméra dans l’articulation, et à effectuer les gestes chirurgicaux par quelques petites incisions à l’aide de mini instruments.

    En cas d’ostéonécrose : curetage et micro-fractures. Il s’agit d’extraire les tissus malades, os et cartilage et favoriser la cicatrisation de la zone nettoyée. L’intervention peut être réalisée par arthroscopie ou par chirurgie ouverte sous anesthésie loco régionale. Selon les cas un comblement du vide laissé est indiqué soit par de l’os prélevé sur un autre site, soit par une membrane « bioactive » du commerce ou obtenue par centrifugation de sang du patient (sorte de PRP solide). Une greffe d’os et de cartilage prélevée ailleurs dans la cheville ou au genou plus souvent, également appelée mosaïcplastie peut être proposée dans de rares cas, à ciel ouvert.

    En cas de géode : curetage et greffe osseuse par arthroscopie ou à ciel ouvert.

    La prise en charge est complexe et dépend :
    • de l’âge du patient
    • de son état de santé général
    • de l’origine de la pathologie
    • de la localisation de la lésion
    • de sa taille et sa profondeur
    • de l’intensité des symptômes

Télécharger la fiche

Les autres maladies du pied