image Maladies des os, des articulations et des muscles

Hallux rigidus

Je découvre les médecins experts

Mise à jour le 15 septembre 2020

  • Qu'est-ce que l’hallux rigidus ?

    L'hallux rigidus est une pathologie douloureuse du pied, qui affecte la première articulation métatarso-phalangienne. Connue également sous l’acronyme de PAM, cette articulation relie le premier métatarsien à la première phalange du gros orteil. Cette affection se traduit par l’apparition d’une arthrose dégénérative de l’articulation, dont la principale conséquence est une restriction des mouvements de l’avant-pied. En effet, l’arthrose détruit progressivement le cartilage de l’articulation. Les extrémités du métatarsien et de la 1ère phalange ne glissent plus correctement l’une sur l’autre.
  • Quel est l'intérêt d'un deuxième avis pour l’hallux rigidus ?

    Pourquoi demander un deuxième avis pour l’hallux rigidus ?

    L’hallux rigidus est une maladie qui se traduit par d’importantes douleurs au pied, principalement sur sa face dorsale. Ces douleurs et la rigidité qui s’en suit, peuvent sérieusement affecter la qualité de vie du patient, en particulier chez les sportifs. Dans ce contexte, un deuxième avis est tout à fait légitime. La chirurgie du pied a fait de réels progrès depuis quelques années. Toutefois chaque cas est particulier. Une évaluation précise de votre situation sera nécessaire pour déterminer le traitement le plus approprié. Un second avis vous aidera à préciser vos attentes. Mieux informé(e), vous pourrez participer activement aux choix thérapeutiques qui vous seront proposés, au regard de votre situation personnelle.

    Quelles sont les questions les plus fréquemment posées ?

    • En dehors de l’opération, quelles sont les options thérapeutiques qui s’offrent à moi ?
    • Dois-je me faire opérer ?
    • Comment savoir à quel moment me faire opérer ?
    • Quels résultats puis-je attendre d’un traitement médical ? D’une opération ?
    • On me suggère de faire une arthrodèse. En quoi consiste l’opération ? Comment marche-t-on avec une articulation bloquée ?
    • Pourrais-je refaire du sport ?
    • Quelles peuvent être les complications post-opératoires ?
    • Puis-je ralentir l’évolution de la maladie et comment ?
    • Mon autre pied risque-t-il de subir le même sort ?
    Mais aussi toutes les autres questions spécifiques que vous vous posez.
  • Deuxiemeavis.fr c'est quoi ?

    Deux avis valent mieux qu'un

    Que vous soyez patient ou médecin, deuxiemeavis.fr vous permet d'obtenir l'avis d'un médecin expert en moins de 7 jours alors que les délais de consultation peuvent excéder parfois 6 mois.

    Un deuxième avis médical auprès d'un médecin référent dans votre problème de santé peut vous permettre d'approfondir les avantages et inconvénients de votre traitement et parfois d'identifier des alternatives. Un patient plus informé et qui participe au choix de son traitement a généralement de plus grandes chances de guérison.

    Je découvre les médecins experts
    discover experts
    EXPERTISE

    Expertise des médecins vérifiée et garantie par le conseil scientifique

    discover experts
    RAPIDITÉ

    Avis médical sous 7 jours, délai compatible avec une prise de décision rapide

    discover experts
    CONFIDENTIALITÉ

    Données de santé protégées et jamais communiquées à des tiers

    discover experts
    PRIS EN CHARGE

    Sans avance de frais, pris en charge à 100% par les complémentaires santé partenaires

  • Quels sont les spécialistes de l’hallux rigidus ?

    Le spécialiste à consulter est un rhumatologue, c'est le spécialiste des maladies de l'appareil locomoteur. C’est lui qui met en place le traitement médical. En cas d'échec, il vous adressera à un chirurgien orthopédiste pour une intervention, c’est le spécialiste des maladies, des traumatismes et des déformations de l’appareil locomoteur (os, muscles, tendons, articulations, ligaments). Assurez-vous qu’il soit spécialiste du pied.
  • Quels sont les symptômes de l’hallux rigidus ?

    Laissé à nu sans protection, l’os sous-chondral (situé sous le cartilage) subit des frottements qui sont à l’origine des douleurs. En plus de la douleur, l'hallux rigidus se traduit dans un deuxième temps par un enraidissement de l’articulation. Le port des chaussures à talons devient de plus en plus difficile. Des cors peuvent éventuellement faire leur apparition autour de l’articulation, ainsi que des excroissances osseuses, que l’on appelle des ostéophytes. Ces excroissances sont douloureuses lorsqu’elles entrent en conflit avec les chaussures. Elles provoquent parfois l’apparition de bursite, inflammations au niveau de l’articulation. Par ailleurs, le déroulé du pas devient de plus en plus douloureux. Pour éviter cette douleur, il n’est pas rare de voir le patient adopter une démarche qui s’appuie davantage sur le bord extérieur du pied (et sur le petit orteil). Par ricochet, cette compensation peut entraîner des conséquences néfastes sur la posture des articulations voisines, voire même sur la cheville ou les genoux.
  • Comment diagnostiquer l’hallux rigidus ?

    Le diagnostic se base tout d’abord sur un interrogatoire du médecin qui recherche notamment les symptômes et les facteurs de risque de la maladie. Bien souvent il n’y a pas de cause évidente qui explique l’apparition d’un hallux rigidus. Un pied égyptien (dont le premier orteil est plus long que les autres) ou encore le port de chaussures à hauts talons, font partie des facteurs aggravants. Parfois l’hallux rigidus apparaît à la suite de micro-traumatismes répétés, notamment lorsqu’on pratique certains sports (arts martiaux, danse, football) de façon intensive.

    Le diagnostic est formulé à partir d’un bilan clinique et radiographique. Selon les cas, un scanner, une scintigraphie, ou une IRM peuvent éventuellement compléter la radiographie. Le cas échéant, ces examens ont pour but de préciser l’importance de la déformation osseuse, le degré de l’inflammation ou encore la présence d’un œdème, d’ostéophytes, de nécroses ou autres.
  • Comment traiter l’hallux rigidus ?

    Le choix du traitement dépend :
    • de l’ampleur de la maladie,
    • de son évolution,
    • de la présence ou non de déformations associées,
    • d’éventuelles complications,
    • de l’intensité de l’enraidissement du pied,
    • du degré de tolérance à la douleur du patient,
    • de son mode de vie,
    • de son âge,
    • de ses antécédents familiaux et médicaux.

    En première intention, le traitement est médical et repose essentiellement sur la prescription d’anti-inflammatoires. Il a pour objectif de faire diminuer la douleur et de réduire l’inflammation. Un repos complet ou l’application de glace sont également préconisés. Si les médicaments n’ont pas d’effet, le médecin peut parfois prescrire des injections intra-articulaires de stéroïdes.

    Au traitement médical est également associé un traitement orthopédique. Des chaussures adaptées (larges et plates) avec des semelles fermes, permettent d’éviter les contraintes articulaires. Si malgré tout, il n’y a pas d’amélioration des symptômes, le patient doit alors envisager un traitement chirurgical. Selon les cas, on peut opter pour un traitement conservateur (l’articulation est préservée) ou non conservateur (l’articulation est détruite).

    Dans le cas de la chirurgie conservatrice, plusieurs options coexistent : le chirurgien peut proposer de pratiquer un simple émondage, qui correspond à une ablation des ostéophytes. Ce nettoyage est réalisé grâce à une technique de chirurgie mini-invasive qui permet d’opérer directement à travers la peau. Les suites opératoires sont bien moins compliquées que lors d’une opération à ciel ouvert. L’autre solution est de pratiquer une ostéotomie de raccourcissement du 1er métatarsien (ou de la 1ère phalange). Une telle intervention permet d’ouvrir l’espace articulaire et ainsi de réduire les frottements, tout en préservant l’articulation.

    Dans les cas les plus sévères, le chirurgien doit pratiquer une arthrodèse. Cette intervention consiste à bloquer l’articulation en faisant fusionner la première phalange avec le métatarsien. L’objectif est de faire définitivement disparaître la douleur. Cela implique toutefois de supprimer l’articulation, et par conséquent sa fonction mobilisatrice. Un traitement par prothèse existe également (l’articulation détruite est remplacée par une prothèse). Toutefois son résultat à long terme est encore mal connu.
Je télécharge la fiche

Les autres maladies du pied

Nos articles de blog

Nous vous proposons des articles réguliers sur les maladies que nous couvrons, les associations qui peuvent vous aider, les progrès en termes de télémédecine...

Actualité du 15/06/2020
Il n’est parfois pas facile de concilier la vie au travail avec ses problèmes de santé. Si certains éprouvent des difficultés à assurer leur emploi comme ils le faisaient avant la maladie, aménager et adapter les conditions de travail peut être une...
Lire la suite...
Actualité du 10/06/2020
Un scanner, une contraception, de la rééducation… Les prescriptions de votre médecin ne se limitent pas aux médicaments. Mais saviez-vous qu’il peut aussi vous prescrire du sport ? Et oui, dans le cadre d’une maladie chronique,...
Lire la suite...