image Maladies des os, des articulations et des muscles

Camptocormie

Je découvre les médecins experts
Je demande un deuxième avis

Mise à jour le 25 octobre 2016

  • Définition camptocormie

    Le mot camptocormie vient du grec kamptos, qui veut dire courbé et kormos, qui signifie "tronc". La camptocormie est en effet une maladie atteignant principalement les muscles de la colonne vertébrale, qui se caractérise par une courbure prononcée du dos vers l’avant. La courbure apparaît lorsque le patient est en position debout, en particulier quand il marche, et s’accentue avec la fatigue.

     

    À la différence d’une cyphose (qui se traduit aussi par une courbure du dos vers l’avant), la camptocormie ne touche pas les vertèbres et/ou les disques de la colonne, mais bien les muscles. Le squelette n’est donc pas rigide et le patient peut se redresser en s'appuyant avec ses mains.

    Les muscles extenseurs de la colonne, amarrés sur les vertèbres, ne se contractent plus. En revanche, les muscles fléchisseurs continuent de fonctionner normalement. D’où un déséquilibre vers l’avant. L’un des premiers signes annonciateurs de cette maladie, est de ne plus pouvoir tendre les bras vers l’avant sans perdre l’équilibre.

     

    Les causes de la camptocormie sont variables : troubles neuromusculaires (neuropathie, myopathie), maladie dégénérative du système nerveux (c’est par exemple une complication fréquente de la maladie de Parkinson). Cependant, elle n’est pas systématiquement liée à une autre maladie. Elle peut simplement traduire le vieillissement du patient. Avec l'âge, celui-ci perd une partie de sa masse musculaire. Le centre de gravité du corps humain se situant en avant de la colonne vertébrale, progressivement, les muscles para vertébraux (c’est à dire, situés de chaque côté des vertèbres) ne permettent plus de redresser efficacement le dos.

     

    Enfin, on soupçonne également l’existence d’un facteur héréditaire. En effet, il a été démontré qu’il y avait plus de risque de développer une camptocormie quand l'un des parents présentait déjà cette affection.

     

    La pathologie peut survenir à tout âge, mais elle affecte en priorité les personnes de plus de 60 ans. Elle touche majoritairement des femmes notamment parce qu’elles vivent plus longtemps. Sa fréquence est difficile à évaluer, mais le nombre de patients affectés croît à mesure que l’espérance de vie augmente.

  • Intérêt d'un deuxième avis

    Pourquoi demander un deuxième avis ?

    Dans le cadre d’une camptocormie, un deuxième avis peut s’avérer très utile. Une meilleure connaissance de cette maladie permet en effet un dépistage plus précoce. Or, s’il n’existe pas à ce jour de traitement curatif de la camptocormie, il est néanmoins possible de préserver la qualité de vie du patient. Mais cela nécessite d’agir avant que la situation ne soit irréversible, car lorsque la maladie atteint un degré de sévérité trop important, les possibilités d’appareillage deviennent inefficaces.

    Un second avis permet également d’en savoir plus sur le déroulement des séances de rééducation ou encore sur les bénéfices et les contraintes des différents dispositifs orthopédiques, notamment les corsets (pas toujours bien supportés). Mieux informé, le patient peut participer de façon active aux choix thérapeutiques qui lui sont proposés, et ainsi y adhérer plus volontiers. Car de son adhésion au traitement, dépendra le succès de celui-ci.

    Deuxiemeavis.fr c'est quoi ?

    L'avis d'un médecin expert, en moins de 7 jours, pris en charge par votre complémentaire santé !

    deuxiemeavis.fr vous propose une solution rapide et sécurisée :

    Je découvre les médecins experts
    Je demande un deuxième avis
    image de cadenasdeuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL. N° d'autorisation : 1786189

    Témoignage

    Une confirmation de l'urgence à entamer un traitement hautement qualifié et spécialisé pour que mon syndrome ne s'aggrave pas. Un avis issu d'une analyse extrêmement rigoureuse, détaillée ,et qui a révélé des points non encore identifiés jusqu'a présent. Je remercie vivement l'équipe de Deuxième avis.

    100% de patients satisfaits

    Combien ça coûte?

    Pour les assurés sociaux français, le service est pris en charge par certaines complémentaires santé. Contactez-nous pour savoir si vous êtes couverts.

    Est-ce sécurisé?

    deuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL.
    N° d'autorisation : 1786189

    Quelles sont les questions les plus fréquemment posées?

    • Peut-on prévenir la camptocormie ? Par quelles mesures ?
    • Comment soulager les douleurs ?
    • Quel type de traitement orthopédique est le plus adapté à mon cas ?
    • En quoi consistent les séances de rééducation ?
    • Vais-je devoir en faire jusqu’à la fin de ma vie ?
    • Quels sont les différents types de ceinture lombaire ou de corset qui existent ?
    • Quels sont les critères à prendre en compte lorsqu’il faut choisir un corset ?

    Mais aussi toutes les autres questions spécifiques que vous vous posez.

    Quels spécialistes consulter?

    Les médecins référents de la camptocormie sont :

    • Le médecin de réadaptation fonctionnelle, spécialiste dans les troubles statiques du squelette. Il propose divers traitements (orthèses, corset, rééducation…) qui ont pour objectifs de réduire la camptocormie et d’améliorer la qualité de vie. Il faut s’assurer de sa spécialisation dans les troubles statiques du rachis comme la camptocormie.
    • Le chirurgien orthopédique, spécialiste de la chirurgie du rachis. Il peut donner son avis sur la pathologie et proposer une prise en charge chirurgicale.
    • Le neurologue, spécialiste des maladies du systèmes nerveux central et périphérique, peut être amener à prendre en charge la camptocormie, surtout si elle est secondaire à une cause sous-jacente neurologique.
    image de docteur
    2
    médecins experts
    pour camptocormie
    Je découvre les médecins experts
  • symptômes camptocormie

    La camptocormie se manifeste donc par une courbure prononcée du dos vers l’avant pouvant être à l’origine de symptômes tels qu’une douleur lombaire (douleur du bas du dos), une douleur abdominale, une fatigue inhabituelle et prononcée ou des difficultés pour respirer.

    La camptocormie peut aussi être évoquée devant l’existence de chutes itératives liées à un déséquilibre provoquée par la courbure du dos.

    Les symptômes de camptocormie se révèlent le plus souvent le soir avant le coucher. Mais au fur et à mesure que la camptocormie évolue, les difficultés apparaissent de plus en plus tôt dans la journée. Progressivement, le patient peut se trouver dans l’incapacité de maintenir son dos droit lorsqu’il est en position debout. Ce trouble disparaît en position allongée.

  • Diagnostic camptocormie

    Le diagnostic de camptocormie se base tout d’abord sur l’interrogatoire et l’examen clinique du patient par le médecin. La camptocormie est alors évoquée devant l’existence d’une courbure du dos vers l’avant disparaissant en position allongée. Dans certains cas de formes plus frustres, des manoeuvres spécifiques réalisées par le médecin peuvent aider à mettre en évidence l’existence de la pathologie.

    Un examen clinique neurologique est également nécessaire au diagnostic de camptocormie.

    Une radiographie du rachis sera souvent demandée pour le diagnostic de camptocormie.

    Des examens complémentaires biologiques ou d’imagerie peuvent être réalisés : leur but est de rechercher une cause sous jacente à la camptocormie.
    Si tous les examens complémentaires sont négatifs : on parlera de camptocormie « idiopathique » c’est à dire sans cause retrouvée.

  • Traitement camptocormie

    Le choix du traitement de la camptocormie dépend :

    • De la sévérité de l’atteinte
    • De la réductibilité de la camptocormie
    • De l’analyse clinique de la pathologie
    • Du retentissement fonctionnel sur la vie du patient
    • De l’âge du patient
    • De ses antécédents médicaux
    • De son état de santé général

     

     

    Il nest malheureusement pas possible de guérir une camptocormie. Néanmoins, on peut apporter une réelle amélioration et réduire la courbure du dos en associant des traitements orthopédiques à de la rééducation.

     

    Des orthèses sont donc généralement proposées. Le type de dispositif est déterminé est fonction de la sévérité de l’atteinte. Selon la gravité de la camptocormie, le médecin propose une ceinture lombaire, un corset baleiné voire, dans les cas plus sévères, un corset rigide, réalisé sur mesure. Il doit permettre notamment de redresser le haut du tronc. Avec une meilleure position on améliore le champ de vision du patient, et on limite les risques de chute. Le corset permet aussi de ralentir l'évolution de la déformation et soulage souvent les douleurs et la fatigabilité du patient.

     

    Le traitement orthopédique est associé à des séances de rééducation assurées par des kinésithérapeutes spécialisés dans les pathologies rachidiennes. La kinésithérapie est axée sur le renforcement musculaire des muscles spinaux et lutte contre l'enraidissement éventuel de la colonne dans cette position vicieuse.

     

    Il existe par ailleurs des équipements plus ou moins sophistiqués qui peuvent aider le patient à marcher : des cannes spécifiques, semblables à celles utilisées pour la marche nordique, ou encore un déambulateur.

     

    La chirurgie de la camptocormie comprend la correction de la déformation associée à une très longue fixation des vertèbres par des vis et des barres pour éviter que celle-ci ne se reproduise immédiatement. Il s'agit d'une intervention très lourde grevée de nombreuses complications et au résultat incertain. Elle n'est que très exceptionnellement proposée.

Télécharger la fiche

Les autres maladies pour problème de dos

Nos articles de blog

Nous vous proposons des articles réguliers sur les maladies que nous couvrons, les associations qui peuvent vous aider, les progrès en termes de télémédecine...

Actualité du 14/12/2018
Aujourd’hui, nous allons vous raconter l’histoire de Sylvie*, souffrant d'ostéopénie, une baisse de la densité de l'os, et surtout un état physiologique précurseur de l'ostéoporose.Sylvie a 63 ans. Aujourd’hui retraitée, elle a été responsable des...
Lire la suite...
Actualité du 26/10/2018
Cette semaine nous vous partageons l'histoire de Marina, 38 ans qui souffre d’un cancer du corps de l’utérus. Marina habite près de la frontière Suisse et s’interroge sur la suite du traitement qu’elle doit effectuer. En effet,...
Lire la suite...