image Maladies des os, des articulations et des muscles

Cyphose

Je découvre les médecins experts

Mise à jour le 15 septembre 2020 - Revue par Professeur Jérôme Allain

  • Qu'est-ce qu'une cyphose ?

    La cyphose est une déformation de la colonne vertébrale (ou rachis), qui se traduit physiquement par une attitude voutée comportant parfois une réelle bosse dans le dos. Si la cyphose n'est pas combinée à une scoliose, vu de derrière, notre rachis semble parfaitement rectiligne. Néanmoins, de profil, on constate qu’il présente une courbure convexe vers l'arrière exagérée, située le plus souvent entre les deux omoplates. Elle peut toucher différentes portions de la colonne vertébrale thoracique. En fonction de sa position, on parlera d’hypercyphose haute, moyenne ou basse. Cette courbure est tout à fait normale tant qu’elle reste modérée. En revanche, lorsqu’elle devient excessive, on parle d’hypercyphose (ou plus communément de cyphose). Pour rétablir l’équilibre, les cervicales et surtout les lombaires sont exagérément cambrées. La personne atteinte de cyphose présente généralement une taille raccourcie, le dos courbé et la tête penchée vers l’avant. Il peut devenir impossible pour le patient de se redresser en faisant simplement un effort musculaire.
  • Quel est l'intérêt d'un deuxième avis pour une cyphose ?

    Pourquoi demander un deuxième avis pour une cyphose ?

    Un deuxième avis est tout à fait indiqué dans le cas d’une cyphose. Il s’agit en effet d’une déformation importante qui peut devenir très handicapante, tout en présentant un aspect inesthétique non négligeable. Le traitement orthopédique, notamment le corset, est une démarche exigeante. Son succès nécessite l’adhésion complète du patient (et de ses parents lorsque ce dernier est encore un enfant). Des complications cutanées mais aussi digestives et neurologiques (exceptionnellement) peuvent survenir. Il s’agit généralement d’un traitement qui doit être réalisé et surveillé attentivement par des spécialistes de la rééducation et de l’appareillage. Dans le cas d’un traitement chirurgical, la décision de se faire opérer est une décision difficile à prendre car il s’agit d’un geste chirurgical complexe, lourd et potentiellement dangereux. Il convient de bien évaluer le rapport risque/bénéfice d’une telle opération. Dans ce contexte, un deuxième avis est recommandé. Il rassure le patient et l’éclaire à la fois sur le déroulé de l’intervention et de ses suites, mais aussi les risques et les conséquences post-opératoires. Mieux informé, ce dernier est alors mieux équipé pour prendre ses décisions et pour participer à l’élaboration d’une stratégie thérapeutique adaptée à sa situation et conforme à ses choix.

    Quelles sont les questions les plus fréquemment posées ?

    • Peut-on guérir de la cyphose ?
    • Quelles sont les options thérapeutiques dans ma situation ?
    • En quoi consistent les séances de rééducation ?
    • Vais-je devoir garder un corset pendant longtemps ?
    • Comment se déroule l’opération chirurgicale qu’on me propose ?
    • Y a-t-il des activités ou des postures qui me seront interdites après l’opération ?
    • L’opération est-elle douloureuse ? Peut-on diminuer ces douleurs ?
    • Combien de temps va durer la convalescence après l’opération ? Puis-je espérer retrouver une totale mobilité ?
    • Au bout de combien de temps se fait la consolidation des vertèbres ?
    • Devrais-je faire de la rééducation après l'opération et pendant combien de temps ?
    • Pourrais-je retrouver une vie normale ? Refaire du sport ?
    Mais aussi toutes les autres questions spécifiques que vous vous posez.
  • Deuxiemeavis.fr c'est quoi ?

    Deux avis valent mieux qu'un

    Que vous soyez patient ou médecin, deuxiemeavis.fr vous permet d'obtenir l'avis d'un médecin expert en moins de 7 jours alors que les délais de consultation peuvent excéder parfois 6 mois.

    Un deuxième avis médical auprès d'un médecin référent dans votre problème de santé peut vous permettre d'approfondir les avantages et inconvénients de votre traitement et parfois d'identifier des alternatives. Un patient plus informé et qui participe au choix de son traitement a généralement de plus grandes chances de guérison.

    Je découvre les médecins experts
    discover experts
    EXPERTISE

    Expertise des médecins vérifiée et garantie par le conseil scientifique

    discover experts
    RAPIDITÉ

    Avis médical sous 7 jours, délai compatible avec une prise de décision rapide

    discover experts
    CONFIDENTIALITÉ

    Données de santé protégées et jamais communiquées à des tiers

    discover experts
    PRIS EN CHARGE

    Sans avance de frais, pris en charge à 100% par les complémentaires santé partenaires

  • Quels sont les spécialistes de la cyphose ?

    Le médecin référent pour la cyphose est un chirurgien orthopédiste. Il s’agit d’un chirurgien spécialiste des maladies des os, des articulations, des tendons, muscles et ligaments. Il est préférable de consulter un chirurgien orthopédiste spécialiste de la cyphose.
  • Quels sont les symptômes d'une cyphose ?

    La personne atteinte de cyphose présente généralement une taille raccourcie, le dos courbé et la tête penchée vers l’avant. Il peut devenir impossible pour le patient de se redresser en faisant simplement un effort musculaire. Seules les cyphoses sévères ont un réel impact sur la santé. En dehors du coté inesthétique dont se plaignent souvent les sujets qui en sont porteurs, les cyphoses sévères peuvent être à l'origine de douleurs au niveau de la courbure, mais aussi du cou ou des lombaires qui tentent de corriger la position anormale de la tête par rapport au bassin. Elles peuvent parfois affecter différentes fonctions vitales. Cette position du dos peut potentiellement retentir sur le fonctionnement du cœur et surtout des poumons en réduisant l’amplitude de la cage thoracique et sa mobilité entre l'inspiration et l'expiration. Cela entraîne parfois une diminution des capacités respiratoires.
  • Comment diagnostiquer une cyphose ?

    La cyphose peut survenir à tout âge : enfant, adolescent, adulte, personne âgée. Elle peut se développer pendant la croissance, puis s’aggraver à l’âge adulte. Mais il arrive également qu’elle soit la conséquence du vieillissement de la colonne qui doit supporter le poids du corps dont le centre de gravité n'est pas situé dans la colonne mais bien en avant d'elle, aboutissant à cette tendance progressive à "partir en avant" à l'origine d'une atteinte dégénérative des composants du rachis (disques, corps vertébraux, facettes articulaires, muscles rachidiens).

    En réalité, les causes de la cyphose sont multiples et diffèrent selon l’âge à laquelle elle survient. Ainsi, chez les enfants et les adolescents, la cyphose est généralement provoquée par la maladie de Scheuermann, défaut de développement du corps des vertèbres par atteinte de leur cartilage de croissance, dont la cause reste encore inconnue à ce jour. Une mauvaise posture chronique associée à un manque d'activité sportive et un surpoids peut également intervenir. Enfin, la cyphose peut parfois être congénitale (de naissance) ou liée à une maladie neurologique ou musculaire.

    Chez les adultes jeunes, la cyphose est le plus souvent causée par une maladie inflammatoire de la colonne, comme sous le nom de spondylarthropathie dont la forme typique est appelée la spondylarthrite ankylosante. Chez les personnes âgées, la cyphose résulte souvent de tassements vertébraux liés à l’ostéoporose, au vieillissement des disques intervertébraux (les disques situés entre deux vertèbres et qui jouent le rôle d’amortisseurs) et surtout à une faiblesse des muscles qui maintiennent la colonne vertébrale et l'empêchent de pencher en avant.

    A tout âge, la cyphose peut résulter de la consolidation en position vicieuse d'une fracture du rachis ou des séquelles après la guérison d'une infection de la colonne (en particulier la tuberculose vertébrale appelée mal de Pott) voir très rarement d'une atteinte vertébrale cancéreuse ou par une hémopathie (leucémie).

    C’est par une radiographie que le médecin pourra établir un diagnostic et mesurer la sévérité de la déformation. L’examen radiologique permet également, le cas échéant, de déceler une malformation ou toute anomalie osseuse expliquant la courbure.
  • Comment soigner une cyphose ?

    Le choix du traitement dépend :
    • de l’origine de la déformation,
    • de la sévérité de la courbure,
    • de son évolution et de la rapidité de sa progression,
    • de la tolérance du patient vis-à-vis de sa déformation,
    • de l’âge du patient,
    • de ses antécédents familiaux et médicaux.

    Le traitement des cyphoses repose sur des mesures orthopédiques mais aussi sur de la kinésithérapie et de la rééducation corrective. Il peut être nécessaire de recommander au patient d’arrêter temporairement certains sports et d’éviter de porter des charges lourdes. Dans les cas les plus sévères, un traitement chirurgical peut parfois être envisagé.

    Le but du traitement orthopédique est avant tout de stopper l'aggravation de la déformation. Il consiste en le port d'un corset qui aide à maintenir le dos dans la bonne position.

    La rééducation comporte des séances de kinésithérapie ou de gymnastique rééducative avec différents types d'exercices associés à des conseils d'hygiène de vie.

    Dans les cas graves de cyphose, le médecin peut proposer une intervention chirurgicale. Il s’agit d’une intervention lourde (le patient reste une dizaine de jours à l’hôpital) qui consiste dans tous les cas à fusionner plusieurs vertèbres à l'aide de greffons osseux et à stabiliser l’ensemble au moyen de vis et de barres métalliques (le but de cette intervention est donc ici avant tout de stopper la progression de la déviation) et très rarement à une correction directe de la déformation.

    La rééducation est le premier traitement des cyphoses gênantes, soit du fait des symptômes qu'elles entraînent, soit pour un problème esthétique, soit du fait de leur aggravation progressive.

    Lorsqu'une cyphose est trop sévère, et surtout si elle continue à s'aggraver, on peut proposer au patient de porter un corset orthopédique surtout chez l'enfant, lorsque sa croissance n’est pas terminée. C’est également le cas pour les personnes âgées, pour lesquelles la chirurgie est trop lourde et la déformation souvent trop avancée pour pouvoir réaliser un traitement chirurgical correcteur. Celui-ci est donc réservé aux cas les plus graves chez les patients jeunes, capables sur le plan général de bénéficier de ce type d'intervention.
Je télécharge la fiche

Les autres maladies pour problème de dos

Nos articles de blog

Nous vous proposons des articles réguliers sur les maladies que nous couvrons, les associations qui peuvent vous aider, les progrès en termes de télémédecine...

Actualité du 06/07/2020
Votre enfant a honte de sa maladie ou de son handicap ? Il a peur de ne pas être accepté, voire d’être moqué ? Tout particulièrement, les problèmes orthopédiques peuvent être davantage visibles que d’autres pathologies : bosse calcifiée au milieu...
Lire la suite...
Actualité du 15/06/2020
Il n’est parfois pas facile de concilier la vie au travail avec ses problèmes de santé. Si certains éprouvent des difficultés à assurer leur emploi comme ils le faisaient avant la maladie, aménager et adapter les conditions de...
Lire la suite...