image Maladies du système nerveux

Hernie discale cervicale

Je découvre les médecins experts

Mise à jour le 2 juillet 2020 - Revue par Docteur Bertrand Mathon

  • Qu'est-ce qu'une hernie discale cervicale ?

    Notre rachis cervical, situé en haut de la colonne vertébrale, est composé de 7 vertèbres. Entre chaque vertèbre, se trouve un disque, que l’on peut comparer à une sorte de coussin et qui joue le rôle d’amortisseur contre les chocs. Ce disque est constitué d’un anneau cartilagineux, fait de fibres collagènes (l’annulus), et d’un noyau plus mou formé d’une substance gélatineuse (le nucléus). Une hernie discale cervicale survient lorsqu’on observe une dégénérescence du disque intervertébral cervical qui entraîne des fissures ou une rupture de l’annulus. Le nucléus peut alors sortir du disque rompu, dans le canal rachidien. Cette saillie, dont le volume peut varier, compresse le nerf ou la moelle épinière. Cela provoque des douleurs importantes et parfois des paralysies ou des pertes de sensibilité. Les hernies cervicales peuvent survenir partout entre la 2ème et la 7ème vertèbre cervicale, mais elles apparaissent le plus fréquemment entre la 5ème vertèbre cervicale (C5) et la 6ème vertèbre cervicale (C6) et entre la C6 et la C7.

    On distingue deux types de hernie discale cervicale. La hernie discale cervicale molle est plus fréquente chez des sujets jeunes. Dans 3 cas sur 4, elle est la conséquence d’un traumatisme du rachis (accident de voiture, accident de sport…). Par opposition, la hernie cervicale dure résulte du processus de vieillissement et concerne davantage les personnes plus âgées. En effet, les années passant, le disque intervertébral devient moins souple, se déshydrate et son annulus se fissure, ce qui entraîne l’apparition d’une hernie discale.
  • Quel est l'intérêt d'un deuxième avis pour une hernie discale cervicale ?

    Pourquoi demander un deuxième avis pour une hernie discale cervicale ?

    Une hernie discale cervicale peut être très douloureuse et dégrader sérieusement la qualité de vie de celui qui en souffre. Il convient de rapidement la traiter avant qu’elle n’entraîne des séquelles irréversibles. Toutefois, il faut aussi prendre le temps de voir si une évolution favorable est possible, sans nécessairement passer par la chirurgie. Tout l’enjeu est donc de bien choisir son moment (ni trop tôt, ni trop tard), et de mesurer au mieux le rapport entre les avantages et les risques de tel ou tel traitement. Dans ce contexte, un deuxième avis est tout à fait pertinent. Il permet au patient de recevoir l’information nécessaire pour prendre part, de manière éclairée, à l’élaboration d’une stratégie thérapeutique adaptée à sa situation.

    Quelles sont les questions les plus fréquemment posées ?

    • Que peut-on faire pour réduire les douleurs ?
    • Puis-je me satisfaire d’un traitement médical ?
    • Vais-je devoir subir une opération chirurgicale ?
    • En quoi consistera l’intervention ?
    • Quels sont les risques ?
    • Vais-je perdre en mobilité ?
    • Pourrai-je retrouver une vie normale, sans douleur ?
    Mais aussi toutes les autres questions spécifiques que vous vous posez.
  • Deuxiemeavis.fr c'est quoi ?

    Deux avis valent mieux qu'un

    Que vous soyez patient ou médecin, deuxiemeavis.fr vous permet d'obtenir l'avis d'un médecin expert en moins de 7 jours alors que les délais de consultation peuvent excéder parfois 6 mois.

    Un deuxième avis médical auprès d'un médecin référent dans votre problème de santé peut vous permettre d'approfondir les avantages et inconvénients de votre traitement et parfois d'identifier des alternatives. Un patient plus informé et qui participe au choix de son traitement a généralement de plus grandes chances de guérison.

    Je découvre les médecins experts
    discover experts
    EXPERTISE

    Expertise des médecins vérifiée et garantie par le conseil scientifique

    discover experts
    RAPIDITÉ

    Avis médical sous 7 jours, délai compatible avec une prise de décision rapide

    discover experts
    CONFIDENTIALITÉ

    Données de santé protégées et jamais communiquées à des tiers

    discover experts
    PRIS EN CHARGE

    Sans avance de frais, pris en charge à 100% par les complémentaires santé partenaires

  • Quels sont les spécialistes de la hernie discale cervicale ?

    Un rhumatologue : c’est le médecin spécialiste des pathologies dégénératives du rachis. Il prescrira les traitements antalgiques pour contrôler la névralgie cervico-brachiale et pourra, éventuellement, réaliser des infiltrations de corticoïdes. En cas d’échec de la prise en charge médicale, il vous adressera au chirurgien.

    Un neurochirurgien ou un chirurgien orthopédiste spécialisé dans les pathologies du rachis. C’est lui qui posera l’indication opératoire et qui réalisera l’intervention.
  • Quels sont les symptômes d'une hernie discale cervicale ?

    Selon le disque vertébral cervical affecté, les symptômes peuvent varier quelque peu. Néanmoins, les signes les plus fréquents d’une hernie discale cervicale sont des douleurs au bras, à l’épaule, mais aussi dans les muscles extenseurs du poignet. Parfois, le patient ressent un engourdissement et des fourmillements (paresthésies), ou encore une sensation douloureuse au toucher (dysesthésie). La douleur est souvent diffuse dans le bras et peut irradier jusque dans la main et les doigts. C’est ce qu’on appelle la névralgie cervico-brachiale. Celle-ci s’intensifie à chaque fois que le patient fait un effort qui augmente la pression sur l’abdomen (comme tousser ou éternuer). Parfois, le patient ne peut plus bouger certaines parties de son bras, voire de son corps. On parle alors de paralysie partielle.
  • Comment diagnostiquer une hernie discale cervicale ?

    Après un premier bilan clinique le médecin procède à des examens d’imagerie médicale. L’IRM (Imagerie par Résonance Magnétique) est l’examen de premier choix : il permet de visualiser la racine nerveuse compressée par la hernie discale cervicale. Dans certains cas difficiles, un scanner avec myélographie est préconisé car la technique est plus précise. Cependant, cette méthode est aussi plus invasive car elle implique qu’une substance de contraste soit introduite par une ponction lombaire. Enfin, un EMG (électromyogramme) vient compléter le diagnostic. Cet examen consiste à stimuler certains nerfs, en insérant des aiguilles dans les muscles susceptibles d’être touchés par la compression d’un nerf.

    Parallèlement, même si la radiographie ne permet pas de diagnostiquer la hernie discale, elle donne néanmoins des informations sur les structures osseuses qui composent la colonne vertébrale cervicale. Ces informations peuvent influer sur le choix du traitement.
  • Comment soigner une hernie discale cervicale ?

    Le choix du traitement dépend :
    • du type de hernie discale cervicale,
    • de la localisation de la hernie,
    • du volume de la saillie,
    • de l’existence d’une souffrance nerveuse sur l’EMG,
    • de la tolérance du patient face à sa douleur,
    • du retentissement de la pathologie sur la vie quotidienne,
    • d’éventuelles autres pathologies associées,
    • de l’âge du patient,
    • de ses antécédents médicaux et familiaux,
    • de son état de santé général.

    L’intervention chirurgicale n’est pas systématique. En combinant la prise de certains médicaments (antalgique, AINS, décontracturant musculaire, corticoïdes par voie orale) avec des séances de kinésithérapie et du repos, on peut, selon les cas, obtenir une évolution favorable. Des infiltrations de corticoïdes au contact du nerf peuvent également être réalisées. Parfois, le médecin prescrit un collier cervical souple quand la douleur est très forte.

    Si le traitement conservateur n’apporte aucun soulagement, et que la douleur devient tout simplement intolérable, alors l’intervention chirurgicale s’impose. Le chirurgien réalise une incision dans le cou et accède au rachis cervical par sa face antérieure. Il enlève alors le disque pour accéder à la hernie et retire la hernie en veillant à ce que le nerf soit bien décomprimé. Le disque est alors remplacé par une cage ou une prothèse afin de combler le vide laissé par son exérèse. Le choix entre une cage et une prothèse est réalisé, au cas par cas, selon les caractéristiques morphologiques du rachis cervical du patient et l’expérience du chirurgien. Dans tous les cas, l’objectif de l’intervention est de décompresser la racine nerveuse.
Je télécharge la fiche

Les autres maladies du système nerveux

Nos articles de blog

Nous vous proposons des articles réguliers sur les maladies que nous couvrons, les associations qui peuvent vous aider, les progrès en termes de télémédecine...

Actualité du 12/06/2020
Ancien rugbyman, Romain* ne pratique plus de sport à cause de douleurs lombaires fréquentes depuis quelques mois. Impossible pour lui de rester assis longtemps ou de dormir sereinement. Ces douleurs, telles des crampes, lui remontent dans les...
Lire la suite...
Actualité du 13/12/2019
Début octobre, Sylvie* s’est retrouvée coincée au niveau des cervicales. Malgré une séance d’ostéopathie, ses douleurs ne se calmaient pas et l’IRM et les radios passées plus tard ont révélé une hernie discale cervicale. Le...
Lire la suite...