image Maladies des os, des articulations et des muscles

Canal cervical étroit

Je découvre les médecins experts
Je demande un deuxième avis

Mise à jour le 29 décembre 2017- Revue par Docteur Bertrand Mathon

  • Définition canal cervical étroit

    Notre rachis cervical, situé en haut de la colonne vertébrale, est composé de 7 vertèbres. La myélopathie cervicarthrosique ou canal cervical étroit correspond à une diminution du diamètre du canal rachidien cervical par augmentation d’un ou plusieurs éléments qui le constituent (articulaire postérieur, capsule articulaire, et, disque intervertébral). Le canal cervical peut également être rétréci dès votre naissance (canal cervical étroit constitutionnel). Ce rétrécissement survient volontiers après l’âge de 50 ans et est souvent dû à l’arthrose, mais peut également être d’origines multiples. A cette arthrose, plusieurs éléments pathologiques peuvent s’y associer,  une discopathie (pincement discal et protrusion discale intra canalaire), une instabilité vertébrale ou un glissement des vertèbres, un épaississement du ligament jaune ou du ligament commun vertébral postérieur. Habituellement, la moelle épinière est libre dans le canal cervical. Tout rétrécissement du canal cervical peut donc provoquer une compression et une souffrance de la moelle épinière (myélopathie cervicarthrosique), et de surcroît, entraîner des troubles neurologiques. L’arthrose peut également rétrécir les foramens, endroits de passages des racines nerveuses cervicales destinées aux membres supérieurs.

  • Intérêt d'un deuxième avis

    Pourquoi demander un deuxième avis ?

    Une myélopathie cervicarthrosique ou canal cervical étroit peut dégrader sérieusement la qualité de vie de celui qui en souffre. Il convient de la prendre en charge avant qu’elle n’entraine des séquelles irréversibles. Toutefois, il faut aussi prendre le temps de voir si une évolution favorable est possible, sans nécessairement passer par la chirurgie. Tout l’enjeu est donc de bien choisir le moment, et de mesurer au mieux le rapport entre les avantages et les risques de tel ou tel traitement. Dans ce contexte, un deuxième avis est tout à fait pertinent. Il permet au patient de recevoir l’information nécessaire pour prendre part, de manière éclairée, à l’élaboration d’une stratégie thérapeutique adaptée à sa situation.

    Deuxiemeavis.fr c'est quoi ?

    L'avis d'un médecin expert, en moins de 7 jours, pris en charge par votre complémentaire santé !

    deuxiemeavis.fr vous propose une solution rapide et sécurisée :

    Je découvre les médecins experts
    Je demande un deuxième avis
    image de cadenasdeuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL. N° d'autorisation : 1786189
    100% de patients satisfaits

    Combien ça coûte?

    Pour les assurés sociaux français, le service est pris en charge par certaines complémentaires santé. Contactez-nous pour savoir si vous êtes couverts.

    Est-ce sécurisé?

    deuxiemeavis.fr est agréé par la CNIL.
    N° d'autorisation : 1786189

    Quelles sont les questions les plus fréquemment posées?

    • Que peut-on faire pour réduire les douleurs ?
    • Puis-je me satisfaire d’un traitement médical ?
    • Vais-je devoir subir une opération chirurgicale ?
    • En quoi consistera l’intervention ?
    • Quels sont les risques de l’intervention ?
    • Vais-je perdre en mobilité ?
    • Pourrai-je retrouver une vie normale, sans douleur ?
    • Quelle sera l’évolution en l’absence d’intervention ?

    Mais aussi toutes les autres questions spécifiques que vous vous posez ...

    Quels spécialistes consulter?

    Un rhumatologue, c’est le médecin spécialiste des pathologies dégénératives du rachis. Il prescrira les traitements antalgiques pour contrôler les douleurs nerveuses. En cas d’échec de la prise en charge médicale, il vous adressera au chirurgien.

    Un neurochirurgien spécialisé dans les pathologies du rachis. C’est lui qui posera l’indication opératoire et qui réalisera l’intervention.
    image de docteur
    3
    médecins experts
    pour canal cervical étroit
    Je découvre les médecins experts
  • symptômes canal cervical étroit

    La myélopathie cervicarthrosique ou canal cervical étroit se manifeste d'abord par des cervicalgies (douleurs situées au niveau de la nuque).
    La gêne associe également une fatigabilité à la marche au bout de quelques centaines de mètres, obligeant à l'arrêt. Une faiblesse et une fatigabilité musculaires ainsi que des fourmillements ou des engourdissements dans les quatre membres peuvent être associés. Des douleurs de névralgie cervicobrachiale peuvent également apparaître. Les troubles sphinctériens (difficultés à uriner, à déféquer, incontinence) signent une forme évoluée.

  • Diagnostic canal cervical étroit

    Après un premier bilan clinique le médecin procède à des examens d’imagerie médicale.
    L’IRM (Imagerie par résonnance magnétique) est l’examen de premier choix : il permet de visualiser la compression et la souffrance de la moelle épinière dans le canal cervical.
    Un scanner lombaire permet d’étudier l’os et de guider le geste chirurgical.
    Enfin, un EMG (électromyogramme) et des potentiels évoqués viennent compléter le diagnostic.

  • Traitement canal cervical étroit

    Le choix du traitement dépend

    • Du l’importance du canal cervical étroit
    • Du retentissement du canal cervical étroit sur la moelle épinière
    • De l’existence d’une souffrance médullaire sur les potentiels évoqués
    • De l’existence de signes neurologiques
    • De la tolérance du patient face à sa douleur
    • Du retentissement de la pathologie sur la vie quotidienne
    • D’éventuelles autres pathologies associées
    • De l’âge du patient
    • De ses antécédents médicaux et familiaux
    • De son état de santé général

    Les différents traitements.

    Le traitement médical initial permet de soulager le patient en cas de crise douloureuse. Il permet de stabiliser les douleurs, mais ne ralentit pas l’évolution de l’arthrose et du canal cervical étroit, c’est pourquoi l’intervention chirurgicale doit être discutée dés l’apparition des premiers signes. Le traitement médical associe une prescription médicamenteuse (antalgique, AINS, décontracturant musculaire, voire des corticoïdes par voie orale)  à du repos. On peut y associer un collier cervical souple en cas de notion de traumatisme, ou de forme très douloureuse (surtout quand les mouvements du cou majorent la douleur).

    Le traitement chirurgical est proposé aux patients dont le traitement médical prolongé s’est avéré être un échec ou en première intention, en cas de situations à risque de lésion neurologique irréversible. La chirurgie consiste en un élargissement du canal rachidien par voie postérieure (incision dans la nuque), libérant la moelle épinière. Une immobilisation par un collier cervical mousse est débutée juste après l’intervention, dont la durée est variable en fonction de l’atteinte neurologique et du geste chirurgical effectué.

Télécharger la fiche

Les autres maladies pour problème de dos